MNETTALI.COM  – Ce mercredi 28 octobre, le président de la République a mis fin aux fonctions de tous les membres de son gouvernement. Mais alors qu’on attendait la formation immédiate d’une nouvelle équipe, Macky Sall semble prendre son temps. Est-ce pour faire revenir le poste de Premier ministre ?  

C’est un communiqué signé par le porte-parole de la présidence de la République qui confirme la nouvelle. Le Président Macky Sall a signé ce mercredi quatre décrets dont un mettant fin aux fonctions des ministres et secrétaires d’Etat de son gouvernement. Dans le communiqué, il est écrit que “le président de la République réitère ses remerciements à la présidente du Conseil économique, social et environnemental (également limogée), au ministre d’Etat secrétaire général de la présidence de la République, au ministre secrétaire général du gouvernement, aux ministres et secrétaires d’Etat sortants pour leur collaboration au service de la République“.

Mais le communiqué d’Abdou Latif Coulibaly ne s’en arrête pas là. Puisqu’il ajoute : “En attendant la mise en place du nouveau gouvernement, les ministres et secrétaires d’Etat sortants sont chargés d’expédier les affaires courantes.” Une précision pour le moins inédite. Les Sénégalais étaient plutôt habitués à voir le président nommer un nouveau gouvernement dès qu’il met fin aux fonctions de l’équipe en place. Alors de nombreuses questions se posent. Combien de temps va prendre “la mise en place du nouveau gouvernement“? Que va faire Macky Sall pendant que les ministres et secrétaires d’Etat sortants expédient les affaires courantes ? Des interrogations qui restent pour le moment, sans réponse. Toujours est-il que pour certains observateurs, ce temps pourrait être mis à profit pour travailler au retour du poste de Premier ministre. “Si telle est la volonté du chef de l’Etat, il faudra préparer un projet de loi et saisir l’Assemblée nationale. Et cela peut prendre quelques jours“, confie un leader de la mouvance présidentielle.

Quoiqu’il en soit, le retour du poste de Premier ministre est évoqué dans la presse depuis quelques semaines. Il se dit que le chef de l’Etat s’est, lui-même, rendu compte de l’erreur qu’a été la suppression du poste de Premier ministre. Le “fast track” qu’il avait vendu à l’opinion pour justifier son choix s’est révélé inefficace. 
En effet, quand en mai 2019, Mouhamad Boun Abdallah Dionne quittait son bureau du neuvième étage du Building administratif pour atterrir dans un bureau plus modeste au cœur de la présidence où il devait occuper le poste de secrétariat général de la présidence, c’était justement pour aider son patron à aller plus vite dans les réformes promises aux Sénégalais. 
Plus d’un an après, force est de reconnaître que la mayonnaise n’a pas pris. Loin de là ! La crise économique née de la pandémie de Covid-19 a fini de montrer que l’action du gouvernement souffrait d’un sérieux problème de coordination. Il s’y ajoute que la recrudescence de l’émigration clandestine a laissé voir une certaine cacophonie au sein du gouvernement. Au moment où Mansour Faye propose la criminalisation de l’émigration clandestine pour arrêter l’hécatombe, son collègue Aly Ngouille Ndiaye dit tout-à-fait le contraire. Est-ce suffisant pour faire revenir le poste de Premier ministre ? Les prochaines heures permettront d’en savoir davantage. Même si Macky Sall a la réputation de toujours bien cacher son jeu.