NETTALI.COM – L’Union des magistrats sénégalais décroche le soutien de la coalition Jotna. L’organisation dénonce ce qu’elle appelle des manœuvres d’intimidation et appelle au respect du principe de l’indépendance de la justice.  

Dans un communiqué, les “Patriotes pour l’alternative’’ assimile la convocation du président de l’Union des magistrats sénégalais (UMS) à l’Inspection générale de l’administration de la justice (Igaj) et de la chambre de discipline du Conseil supérieur de la magistrature à une injustifiable intimidation. “Le régime de Macky Sall, après son acharnement sur les opposants, tente vainement de museler les magistrats soucieux de préserver l’indépendance de la justice et la séparation des pouvoirs’’, dénoncent-ils dans le communiqué.

Les membres de la coalition ont ainsi apporté leur soutien au juge Souleymane Téliko et à l’UMS. Ils n’ont pas cependant manqué d’exiger du régime “liberticide’’ de Macky Sall de cesser immédiatement les représailles contre les magistrats qui refusent de courber l’échine face à l’Exécutif en utilisant le prétexte fallacieux du devoir de réserve. “En demandant la modernisation de la justice ou le respect par l’Etat du Sénégal de ses obligations internationales comme l’application des décisions émanant de la Cour de justice de la CEDEAO ou des organes des Nations Unies, M. Téliko, qui est en outre porteparole des magistrats, exerce ses prérogatives conformément à la loi organique portant statut des magistrats’’, poursuit-on dans la note.

La coalition Jotna ’’Patriotes pour l’alternative’’ rappelle que l’indépendance du “pouvoir Judiciaire’’ est un principe constitutionnel. Cependant, regrettent ses membres, force est de constater que Macky Sall, “bafouant son serment devant la nation, continue ses reniements sur l’Etat de droit, en maintenant sous son joug fonc

tionnel et statutaire le parquet, en exerçant une influence nocive sur le CSM et en encourageant la politisation des magistrats en position de détachement, en violation de l’article 14 de la loi organique portant statut des magistrats’’.

La coalition Jotna a d’ailleurs, dans sa note, dénoncé le traitement inégal des magistrats dans l’évolution de leur carrière, le maintien arbitraire de magistrats devant aller à la retraite et les mesures de sanctions disciplinaires prises à l’endroit de ceux qui appellent à l’orthodoxie judiciaire et administrative. Elle s’oppose, à cet effet, vivement à “l’allégeance partisane illégale de magistrats en position de détachement constatée sous ce régime et qui constitue un danger pour la séparation des pouvoirs.

Par conséquent, elle demande aux personnes concernées, conformément aux sommations reçues de leurs pairs, de mettre fin immédiatement à toute activité partisane mettant en péril l’impartialité, gage de l’autorité et de la légitimité du magistrat’’.