NETTALI.COM – Grande opération de communication, devrait-on dire. Ce mardi 29 septembre 2020 à Diamniadio, c’était Opération reprise en main d’une situation qui semblait échapper au commandant des troupes du Macky. Mais où est donc passé le fast-track, ce fameux coup fouet confectionné pour faire galoper les chevaux de l’écurie marron-beige et de ses ouailles. Le cheval, emblème de l’APR, s’est transformé en tortue, le temps une folle et longue course vers 2035. Le général, a lui demandé sur un ton bien menaçant, à ceux qui ne pouvaient plus accélérer la cadence, telle Mimi en son temps, de lever la main. A l’arrivée, personne pour se signaler.

Les choses ne bougent vraiment pas et la Covid et les inondations n’ont pas arrangé grand chose. Comme ce TER toujours à Terre et qui peine toujours à siffler. Des délais et encore des délais. Mountaga, Hott, Diouf Sarr, … devront en tout cas enfourcher leurs chevaux pour accélérer le chantier des réformes, au risque de voir Macky ne plus débourser le moindre kopeck. Mais au fond, qui doit réellement huiler la machine des réformes si ce n’est Macky himself ? Suivi, évaluation, on a dit. L’exemple par les inondations.

Macky a défié quiconque oserait dire qu’il n’a rien fait. Les candidats commencent à affluer. Abdoul Mbaye a vite tiré la couverture sur lui. Mais qu’est-ce que cela change vraiment pour les habitants de Keur Massar ? Le très alerte Sonko lui, est déjà prêt à en découdre même s’il redoute tant le coup Gagny Sakho. Il ne se fait quand même pas d’illusion. Coup de com tout simplement. Le jeune homme est en tout cas plus que déterminé. Il a dans la foulée, ouvert le front Mansour Faye qu’il a traité de « plus grand menteur que le Sénégal n’ait jamais vu naître » ; Sonko quand même ! Frapp et Guy ne sont en tout cas jamais loin lorsqu’il faut souffler sur les braises. Ils ont décidé de frapper un grand coup en acculant Mansour jusqu’à la démission. L’autre teigneux Babacar Diop, à l’origine de la plainte, a à nouveau pointé son nez. Il veut lui aussi mettre Mansour sur la touche. Ah, le beau-frère, trop de frustrations cristallisées sur sa seule personne. Il rappelle Wade-fils en son temps. La famille et le pouvoir, ça a décidément du mal à faire bon ménage.

Une situation qui augure d’une fièvre qui monte au fur et à mesure que 2024 approche. C’est une sorte de course-poursuite entre Sonko et Macky dans les campagnes. Le patron de l’APR ne doit surtout pas ménager sa monture, mais galoper s’il veut surtout arriver à engager ses réformes et transformer le Sénégal en terre d’abondance. Il a en tout cas tendu une perche à son secteur privé national. Mais quel secteur privé ? A surveiller de près.

Pour l’heure, beaucoup trop de parlottes et trop peu d’actions. Même Idy qui a décidé de garder le silence, est invité à parler, alors qu’il n’aurait rien à dire ! Sacrés sénégalais, ils aiment bien parler. Mais agir…. That’s the very big question !