NETTALI. COM- le Colonel Abdourahmane Kébé était, ce jeudi, au siège de Frapp. Avec ses hôtes, le démissionnaire de Rewmi a abordé l’actualité nationale marquée par les inondations. Les deux parties se sont engagées à lutter aux côtés des populations sinistrées.

Après avoir démissionné du parti Rewmi d’Idrissa Seck, le Colonel Abdourahmane Kébé était, ce jeudi, au siège de Frapp. Il y a été reçu par le secrétariat exécutif dudit mouvement dirigé par Guy Marius Sagna. Les deux parties ont abordé les questions brûlantes de l’actualité nationale comme les inondations qui empêchent certaines populations de dormir. Également, au niveau international, la crise malienne a été sur la table des échanges.

Les deux parties, après des échanges nourris et fructueux, ont annoncé que la réflexion va se poursuivre pour une participation active aux combats aux côtés du peuple en lutte.

Auparavant, elles ont exprimé leur solidarité aux victimes des inondations et prient pour le repos des âmes de nos concitoyens décédés à cause du Coronavirus et des inondations.

Mieux, Frapp et le colonel Kébé ont félicité leur personnel médical et les agents des forces de défense et de sécurité pour leur mobilisation exceptionnelle pour circonscrire ces calamités. En effet, les échanges ont porté aussi sur la situation politique nationale marquée par la gestion calamiteuse de la lutte contre la pandémie ; la gestion catastrophique de la lutte contre les inondations ; les violences que la police et la gendarmerie exercent supposément sur les citoyens, l’accaparement des terres et de l’hydraulique rurale ; les arriérés de salaire et les licenciements arbitraires ; le calvaire des nouveaux bacheliers et des étudiants. « Nous exprimons notre solidarité aux populations et les exhortons à se mobiliser et à se battre », lit-on dans le communiqué de presse.

Ils ont parlé de la situation en Afrique et dans la sous-région marquée par le virus du troisième mandat affectant surtout les pays anciennement colonisés par la France et encore sous son joug néocolonial. « Nous exprimons notre solidarité aux peuples maliens, guinéens, ivoiriens. Et encourageons le peuple sénégalais à refuser par tous les moyens démocratiques au coup d’Etat qui se prépare avec une possible 3e candidature du président Macky Sall », mentionne-t-on dans le communiqué.

Pour eux, il y a la nécessité de la mobilisation de tous ceux qui résistent, de la jonction des victimes des politiques en cours en Afrique.