NETTALI. COM– Même si le Port de Dakar affiche de bons chiffres, tout son potentiel n’est pas exploité. C’est ce qu’a laissé entendre son Directeur général, Aboubacar Sedikh Bèye qui mise beaucoup sur une transformation.

” Les chiffres disent que le Port se porte mieux mais ils disent surtout qu’on effleure à peine le potentiel du port”, a déclaré Aboubacar Sedikh Bèye, à l’émission Jury du dimanche de I-radio. Avec des chiffres à l’appui, le DG du port renseigne sur les trois dernières années, le cumul des impôts payés aux services de la DGID, dépasse ce qui a été payé durant les dix dernières années. ” C’est la première fois que le Port paie des dividendes et cette année, nous en avons versé 12 milliards de francs CFA”, relève M. Bèye tout en soulignant que le Port aussi, en termes de droit de porte, c’est 95 % de ce que la Douane fait rentrer dans la trésorerie de l’Etat, qui est autour de 800 milliards de francs CFA.

Toutefois, le Dg estime qu’on peut aller beaucoup plus loin. ” Peut être qu’on exploite le potentiel du Port qu’au tiers. Cela veut dire qu’il y a une bonne partie du potentiel qui est là, qui est à prendre”, soutient-il. Et c’est pour cela, explique M. Bèye, la vision implantée dans le cadre du plan de transformation, parle de port moteur de l’émergence. ” Notre ambition c’est véritablement de nous inscrire au cœur de l’action du Plan Sénégal Emergent qui parle de transformation structurelle de notre économie nationale. Notre vision, c’est d’ouvrir le Sénégal davantage au commerce international dans lequel l’Afrique est encore très faible, près de 3% seulement du commerce international et le même pourcentage sur les investissements directs étrangers”, mise le Dg.

Et ce dernier de déduire : ” c’est le challenge d’aller sur 10% et l’activité portuaire devrait porter cette ambition”.

Pour y arriver, il faut de l’investissement. A cet effet, l’un des projets phares c’est la gestion des flux de camions qui va démarrer le 15 septembre 2020.

Le Port pas trop impacté par la Covid-19

Quid de la pandémie du Coronavirus qui a affecté plusieurs secteurs d’activité? ” Nous vivons cette pandémie comme tous les Sénégalais avec, peut-être, l’avantage d’avoir, très tôt, mesuré les conséquences et déjà le 30 janvier le service des mouvements du haut commandement du port avait réuni les acteurs pour préparer”, s’est réjoui le DG. Il a indiqué qu’ils ont évité que le port soit un vecteur, une porte d’entrée du virus. ” On s’en sort bien. Il n’y a pas une recrudescence qui est due à l’activité du port bien que 95% des produits transitent par le port. Nous avons pris le taureau par les cornes depuis le début. On n’a pas été trop négativement impacté”, se félicite Aboubacar Sedikh Bèye.