NETTALI.COM – Des discussions sur l’avenir de la transition politique au Mali, où l’armée a chassé du pouvoir le président Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août dernier, se sont ouvertes samedi à Bamako en présence de centaines de représentants de la junte, des partis politiques et d’organisations de la société civile.

Moins d’une heure après le début de la cérémonie d’ouverture, des membres de la coalition d’opposition M5-RFP (Mouvement du 5-Juin-Rassemblement des forces patriotiques), à la pointe de la contestation contre l’ex-président IBK, ont commencé à protester du fait que la junte avait exclu leur mouvement de la plupart des groupes de travail.

Les débats ont été interrompus par des cris de militants dans la salle de réunion, avant qu’il soit annoncé que le M5-RFP pourrait participer à tous les groupes de travail.

La coalition d’opposition avait déjà dénoncé cette semaine le fait de ne pas avoir été invitée à des consultations préliminaires sur la transition.

Les discussions doivent se poursuivre dimanche et reprendre dans le courant de la semaine prochaine.

Les dirigeants des pays membres de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont demandé la semaine dernière à la junte militaire de rendre immédiatement le pouvoir à un gouvernement de transition dirigé par un civil et à organiser des élections dans un délai d’un an.

Avec Reuters