NETTALI.COM- Malgré le démenti de la gendarmerie, l’affaire Ardo Gningue, supposément torturé lors de son arrestation dans l’affaire Tobène, continue de faire du bruit. Ce sont des organisations de défense des droits de l’homme qui sont montées au créneau pour exiger une enquête indépendante.

Dans un communiqué conjoint, la Rencontre africaine pour la défense des Droits de l’homme (Raddho), la Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) et Amnesty international/ Sénégal (AIS) informent être au courant de ces “graves allégations de torture’’ sur Ardo Gning et sur instruction du commandant de la Légion centre-ouest de la gendarmerie nationale, le colonel Cheikh Sarr et des gendarmes placés sous son commandement.

D’après ces organisations, plusieurs autres personnes interpellées en même temps que M. Gning à Tobène, le 12 août 2020 et qui comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Thiès le 21 du même mois, ont également fait des déclarations circonstanciées sur les actes de torture qu’elles auraient subis pendant leur garde à vue dans les locaux de la gendarmerie à Mboro et à Tivaouane. “Nos organisations demandent l’ouverture d’une enquête indépendante pour faire la lumière sur ces allégations de torture et des poursuites judiciaires contre leurs auteurs, si elles sont avérées, conformément aux engagements internationaux de l’Etat du Sénégal en matière de lutte contre la torture’’, demandent-elles.

Sadikh Niass et Cie déplorent également le recours à la force et aux poursuites judiciaires par l’Etat et les entreprises dans le cadre des conflits fonciers qui les opposent aux communautés. Elles appellent ainsi tous les acteurs de ces conflits à privilégier le dialogue et la négociation pour trouver des solutions justes et acceptables pour toutes les parties”.

Pour rappel, Ardo Gningue a accusé la gendarmerie de l’avoir torturé. Il a été arrêté lors d’une manifestation organisée par la plateforme Aar Li Nu Book/Tivaouane, pour protester contre le
bradage foncier à Tobene.
La gendarmerie nationale avait, dimanche, publié un démenti tout en promettant l’ouverture d’une enquête.