NETTALI.COM – Dans l’interview exclusive qu’il a accordée à “Walf Quotidien”, ce lundi 31 Août et qui fait suite à celle de Papa Mademba Bitèye, la semaine dernière, le Directeur général de Akilee, Amadou Ly est revenu sur la mise à l’écart de sa société, au profit de l’entreprise israélienne Powercom. Celui-ci croit savoir que la souveraineté du Sénégal est sérieusement hypothéquée dans un secteur aussi stratégique que l’énergie en tentant de confier deux secteurs que sont le comptage et la supervision des réseaux et de la distribution à respectivement des Israéliens et des chinois, au détriment d’une société Sénégalaise qui donne satisfaction. 

La souveraineté du Sénégal hypothéquée…

Je pense que les pays Africains, qui restent parmi les plus pauvres au monde, ont une chance formidable avec cette nouvelle ère de l’économie numérique pour renforcer leur économie, maximiser leur valeur ajoutée et leur capacité de domestication de cette valeur ajoutée. En effet, les start-ups font partie des leviers sur lesquels nos Etats devront s’appuyer pour saisir tout le potentiel offert par la digitalisation des économies. Et la crise du Coronavirus est là pour nous démontrer que nous allons vers un nouveau monde où cette digitalisation va s’accentuer.

Dans cette nouvelle ère, la croissance économique sera portée par les services et dans ce cadre nous disposons, en abondance, du plus grand capital nécessaire, à savoir le capital humain. L’intelligence est la chose la plus homogènement distribuée dans la nature. Nous avons les femmes et les hommes qu’il faut pour tirer profit des opportunités qui se présentent à nous. Et quand on regarde de plus près ce que nous avons fait, en intégrant SENELEC dans le capital d’AKILEE pour se positionner sur les services énergétiques à forte ajoutée au Sénégal, mais également à l’échelle continentale, cela relève de la vision d’un Etat-stratège.

Le concept de « start-up nation » doit devenir une réalité dans les Etats Africains, et particulièrement au Sénégal en ce qui nous concerne. Le potentiel de création d’emplois est extraordinaire, et quels emplois ! Dans cette ère l’essentiel sera dans la data qui pour moi est le pétrole du XXIème siècle. L’enjeu pour nos Etats est donc de nous assurer qu’on a la maîtrise de la donnée. Et cela me ramène aux errements de Monsieur BITEYE qui juste pour essayer de casser AKILEE n’a pas hésité à s’engager avec Powercom et avec KAIFA à qui ils veulent confier la gestion des données du réseau de distribution et du réseau commercial, hypothéquant ainsi la souveraineté du Sénégal dans un secteur aussi stratégique que celui de l’énergie.

Lorsqu’on est à l’étranger, on se sent loin, pas suffisamment impliqué dans le développement du pays

Sincèrement, je pense que cette polémique entretenue autour du contrat signé avec AKILEE est ce qu’il y a de pire pour motiver les Sénégalais de la Diaspora à rentrer au Sénégal. Permettez-moi de rappeler que la première raison pour laquelle les gens rentrent au pays, n’est pas d’ordre financier. Les Sénégalais de la Diaspora rentrent avant tout avec la forte volonté de servir, de relever des défis, de partager leur expertise, de contribuer au développement économique et social de ce pays. Il y a comme un paradoxe. Lorsqu’on est à l’étranger, on se sent loin, pas suffisamment impliqué dans le développement du pays (en dehors de la non négligeable contribution financière) et on a souvent envie de rentrer en cherchant le bon projet ou le bon poste. Une fois sur place on peut parfois avoir des surprises. Et c’est un peu le sentiment que j’ai dans notre cas. Non pas pour mon cas personnel, mais plus pour la trentaine de Sénégalais sur 100 qui travaillent chez AKILEE et que nous avons fait rentrer de la France, des USA, du Canada, de la Chine… Tous avec de belles perspectives dans leurs pays d’accueil, nous les avons convaincus de démissionner et de nous rejoindre pour servir leur pays, notamment avec le projet de déploiement généralisé des compteurs intelligents. Aujourd’hui force est de constater qu’on a clairement cassé quelque chose en ces personnes.

Nous avons aussi des soutiens dans tous les pans de la société

Oui vous avez pu voir certains grands patrons du Sénégal exprimer publiquement leur soutien. A côté de cela, on a surtout reçu de nombreux soutiens venant de leaders d’opinion dans la société civile, des Sénégalais de la Diaspora, de nos concitoyens vivant avec nous au Sénégal. C’est d’ailleurs l’énergie tirée de ce soutien massif qui nous porte. Nous avons aussi le soutien de plusieurs de nos guides religieux qui suivent de près cette question. Certains parlementaires s’intéressent à la question et nous encouragent. Toutes ces personnalités ont indiqué avoir compris ce qui se passait et se montrent solidaire de notre cause ; en particulier, depuis que le voile à commencer à se lever sur cette affaire de remplacement de Sénégalais par des étrangers à travers Powercom et KAIFA. Les soutiens ont redoublé depuis que ce sentiment qu’il y avait quelque chose de louche dans les agissements de Papa Mademba BITEYE. Je suis certain qu’il y a des enseignements intéressants à tirer de tout cela. Surement qu’un livre sera le meilleur moyen de partager mes réflexions sur lesdits enseignements.