NETTALI.COM – L’assassinat, à Diégoune, d’un individu, ressemble fort bien à un énième règlement de comptes au sein d’”Atika’’, la branche armée du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC).

En effet, la nuit du samedi dernier n’a pas du tout été paisible, au quartier Barafaye du village de Diégoune situé dans le département de Bignona. Amidou Diémé, un habitant de ce quartier, a été criblé de balles par deux individus armés de kalachnikovs qui ont fait irruption près de son domicile à bord d’une moto Jakarta. Ils ont appelé la victime au téléphone. Sorti pour répondre, les deux hommes qui se trouvaient de l’autre côté de la route, l’ont froidement abattu avant de se fondre dans la nature. Gravement atteint au niveau de la case thoracique, il a aussitôt rendu l’âme. Cela s’est passé peu avant 20 h, alors que la victime avait passé la journée aux champs et s’apprêtait à prendre son bain.

Selon nos informations, Amidou Diémé est un ex-combattant du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC). Il avait quitté le maquis depuis plus d’une dizaine d’années. Il avait installé une boutique chez lui et s’était reconverti en agriculteur et s’illustrait dans la culture du maïs qu’il produisait en grande quantité. Père de deux enfants, il était âgé de 45 ans. Il est peint par ses voisins comme un grand travailleur et un homme calme. Le corps sans vie de la victime a été acheminé à la morgue du district sanitaire de Thionck-Essyl par l’ambulance du poste de santé du village, chef-lieu de commune.

Pour l’heure, l’on ne connait pas encore les mobiles de ce crime. Toutefois, cet assassinat laisse croire qu’il s’agit bel et bien d’un règlement de comptes au sein d’’’Atika’’, la branche armée du MFDC. En effet, il ressemble, à bien des égards, à la mort, en octobre 2019 à Mlomp, dans le département de Bignona, d’Abdou Elinkine Diatta, l’ex porte-parole du MFDC, exécuté par un commando qui s’était retrouvé chez lui à bord de motos-Jakarta.

ENQUETE