NETTALI.COM – L’accident survenu mercredi dernier à Yoff a fait trois morts et cinq blessés. Il a été occasionné par un camion fou dont les freins avaient lâché.  Le chauffeur du nom d’Abdou Diop,  un jeune homme de 29 ans, retrace lors de son audition à la brigade de gendarmerie de la Foire le film de cette tragédie. Il sera présenté au Procureur de la République, ce vendredi.

Mercredi dernier, Abdou Diop avait quitté, comme d’habitude, son quartier Cambérène pour une nouvelle journée de dur labeur, au volant d’un camion benne de transport de sable.  «J’ai mis le moteur en marche et j’ai pris la direction du quartier de Diamalaye. C’est ainsi que je me suis retrouvé à Yoff. Alors que le camion roulait, j’ai été pris de court par la présence sur ma trajectoire d’un vieux (plus tard identifié sous le nom de Mass Guèye). J’ai manœuvré pour l’éviter. Dans la foulée, j’ai constaté que mes freins ne répondaient plus. J’ai insisté, mais je n’avais plus de marge de manœuvre», raconte-t-il lors de son audition à la brigade de la gendarmerie de la Foire.

«Le camion transportant du béton a dérapé sur environ 500 mètres. En dérapant, il a d’abord tué une personne à quelque 300 mètres. Ensuite il a traîné un taxi et, arrivé à hauteur du mur du centre Beceao, il est carrément monté sur le taxi, à bord duquel, il y avait des personnes, notamment deux enfants qui ont été tués», raconte à son tour le commandant du groupement des sapeurs-pompiers, qui a mené les opération de secours, Papa Ange Michel Diatta..

«J’ai vu comment j’ai foncé sur le vieux (Mass Dieng, marchand ambulant, Ndlr) que j’ai heurté et tué. C’est de là que tout est parti. J’étais envahi et dévasté par les images difficiles de l’accident. Malheureusement, je n’avais plus le contrôle du camion qui continuait sa course folle heurtant au passage d’autres véhicules, avant de finir sur le taxi à bord duquel avaient pris place les deux frères (Mouhamed, 3 ans, Yaye Yandé Guèye, 8) décédés. Je voyais le camion foncer sur ce taxi et je crois avoir vu le taximan sortir de son véhicule dans un instinct de survie. Je n’ai rien pu faire pour éviter l’accident», confesse Abdou Diop devant les hommes du Commandant Sangaré.

L’enquête a révélé que le camion n’avait pas de visite technique et son propriétaire s’échinait, malgré tout, à le mettre en circulation.

En effet, au mois de janvier dernier, le camion s’était présenté au centre technique mais a été recalé. Les machines avaient décelé un défaut de freinage.  Le camionneur avait été invité à réparer cette anomalie et revenir. Ce qu’il n’a pas fait, jusqu’à ce que ce drame surveille…pour défaut de freinage.

Abdou Diop a été placé en garde à vue au terme de son audition et sera présenté au Procureur de la République, ce vendredi.