NETTALI.COM – Abdoulaye Diouf Sarr élu «meilleur manager africain». C’est le titre pompeux que la presse sénégalaise a servi à l’opinion ce jeudi pour vanter les mérites du ministre de la Santé et de l’Action sociale dans ce contexte de pandémie de Covid-19. Problème : ce prix n’a vraiment rien de sérieux, il est même bidon.

 

«Une distinction pour le Sénégal et son ministre de la Santé qui seront à l’honneur, cette année, au Rwanda.» Cette phrase est revenue dans plusieurs publications de la presse sénégalaise de ce jeudi. Dans un contexte de lutte contre la pandémie de Covid-19, c’est un bon moyen de vanter les mérites du ministre Abdoulaye Diouf Sarr distingué «meilleur manager africain» de l’année. Pourtant, cette distinction suscite la curiosité chez de nombreux observateurs surtout qu’elle est décernée à un ministre de la Santé dont le pays figure sur la liste des 10 pays les plus touchés par le Covid-19 et où la liste des décès ne cesse d’augmenter. C’est que le prix Padev (Prix africain du développement) n’a vraiment rien de sérieux. La preuve : il y a environ… un mois le même prix avait été décerné au ministre des Sports Matar Ba pour son travail dans le secteur du sport. Le ministère des Sports annonçait même que Matar Ba et les différents lauréats recevraient leurs distinctions au cours d’une cérémonie solennelle prévue le 19 juillet prochain à Kigali au Rwanda. Le même prix Padev décerné donc à deux membres du gouvernement sénégalais pratiquement à la même période. Pourtant, dans la presse sénégalaise, il est dit que le prix est… annuel. Mais il y a mieux.

En effet, le 9 juin 2020, la Fondation 225 qui décerne le Prix Padev avait adressé un courrier à Eva Marie Coll Seck, ancien ministre de la Santé, pour lui décerner la même distinction. «Dans le but d’œuvrer à l’instauration d’une culture du travail, du mérite et de l’excellence comme valeurs cardinales de la société africaine, des organisations de la société civile de douze (12) pays africains dont la Fondation 225, ont créé en 2006 à Abidjan, le Prix africain de développement,  en abrégé Padev», lit-on sur la lettre adressée à Eva Marie Coll Seck et signée par une certain Koffi Kouadio présenté comme le président exécutif de la Fondation. Et la même source d’ajouter : «En tant que tel, Madame Awa Marie Coll Seck, suivant délibérations du jury du Prix Padev, vous a été distingué Meilleure promotrice africaine du secteur de la santé. L’importance du volume d’activités de recherche, ainsi que vos nombreuses publications dans le domaine, vous ont valu cette consécration

Seulement, contrairement à Matar Ba et Abdoulaye Diouf Sarr, Eva Marie Coll Seck n’a pas accepté la distinction «officiellement pour ne pas gêner le Président Macky Sall». «En réalité, elle a mené sa petite enquête et elle s’est rendue compte que ce prix n’était pas très sérieux, il est même bidon», confie une source.  L’ancien ministre ne sera donc pas de la fête à  Kigali au Rwanda. Quid de Diouf Sarr et Matar Ba ?