NETTALI.COM  – L’enquête sur le trafic d’armes à Touba se poursuit. Ce mercredi, deux personnes ont été déférées au parquet de Diourbel après leur garde-à-vue.

L’affaire du présumé trafic d’armes à Touba est prise très au sérieux par les autorités. Après la saisie de plus de cent armes et des munitions, la Division des investigations criminelles (Dic) a été actionnée pour appuyer les éléments du poste de police de Gouy Mbinde. Ainsi, après l’arrestation d’un vieil homme de 65 ans, les enquêteurs ont mis la main sur un deuxième individu accusé d’être impliqué dans le trafic. Et ce mercredi, les deux personnes ont été déférées au parquet de Diourbel où ils seront présentées au procureur de la République qui décidera de la suite à donner à cette enquête.

Pour rappel, les éléments de la police de Gouy Mbinde, dans le cadre d’une opération de sécurisation, avaient interpellé un homme de 65 ans au quartier Madiyana. Et l’enquête ouverte à cet effet a rapidement permis de mettre la main sur plus d’une centaine d’armes à feu. Il s’agit notamment  de 21 armes de fabrication artisanale, 18 PA, 71 fusils et 807 munitions dont 634 pour PA, 53 pour Cap, 98 munitions de guerre. Sur le même vieil homme accusé d’être au coeur du trafic, il a aussi été saisi 16 chargeurs et 2 jumelles.

On avait reçu des informations sur un individu qui s’adonnait à la vente d’armes à feu. Nous sommes en train de multiplier les patrouilles. Et ce que nous avons découvert est très grave”, avait expliqué, à la presse, lieutenant Moussa Faye, chef du poste de police de Gouye-Mbind.

Revenant sur la stratégie qui a permis cette importante saisie, lieutenant Faye relate : “C’est une planque qui a facilité son interpellation. Il a été conduit quelques instants après au poste de police où il est gardé à vue.”