NETTALI.COM  – Ousseynou Diop, celui qui a tué le taximan Ibrahima Samb d’une balle dans la tête, fait face aux juges de la chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Dakar. Devant la barre, il a fait des aveux circonstanciés et a juré qu’il n’avait pas l’intention de tuer le défunt.

Il n’a pas cherché à se dérober devant les juges de la chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Dakar. Ousseynou Diop a plutôt reconnu être l’auteur du tir mortel. « Il (le taximan : Ndlr) a heurté mon véhicule, je suis descendu pour lui parler et il m’a insulté. Nous nous sommes battus et je lui ai donné un coup de poing, l’atteignant à l’arcade sourcilière. D’autres taximen s’en sont mêlés en disant que ce serait trop facile que les choses en restent là», raconte-t-il.

Il explique que lorsque la horde de taximen l’a assailli, il s’est retranché dans son véhicule et a sorti son arme qui était dans son sac.  «J’ai fait un tir de sommation. Les deux sont partis et j’ai tiré sur la roue pour la crever afin d’éviter un course-poursuite. En retournant dans mon véhicule, j’ai entendu les pas d’une personne, l’insulte à la bouche.  Comme je détenais l’arme, j’ai tiré sans viser. Je n’ai pas posé l’arme sur la tempe du taximan. C’est une balle perdue. L’arme je l’ai sorti pour faire peur», raconte-t-il, histoire de dire qu’il n’avait pas l’intention de tuer.

Une version démentie par les deux témoins, pompistes à la station Shell de Nord Foire où les faits se sont déroulés. Ils ont tous les deux soutenus que Ousseynou Diop a bien posé l’arme  sur la tempe du taximan en lui disant : « si tu dis un mot, je te tue».  La suite, on la connaît.

L’interrogatoire d’audience se poursuit.