NETTALI.COM  – Samedi 18 juillet, le ministre de l’Intérieur avait annoncé avoir trouvé une solution provisoire dans le conflit entre la Sedima et les paysans de Ndingeler. Mais ce dimanche, les populations ont rejeté cet accord. Elles accusent Aly Ngouille Ndiaye de mauvaise foi et brandissent des menaces. 

Les populations de Ndingeler ne veulent pas de la “solution provisoire” du ministre Aly Ngouille Ndiaye. Elles l’ont déclaré ce dimanche face à la presse. Une sortie qui intervient moins de 24 heures après la médiation du ministre de l’Intérieur qui a annoncé samedi avoir trouvé un accord permettant aux paysans de démarrer leurs travaux champêtres. “Niet “, répondent les concernés. En plus du patronat de la Sedima, les paysans accusent aussi bien le président de la République que son ministre de l’Intérieur.

Le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, est de mauvaise foi”, peste un certain Mamadou Dionne au nom des populations de Ndingeler. Et de s’interroger : “Sinon, comment expliquer la décision unilatérale qu’il a prise en faveur de Babacar Ngom?” D’ailleurs, poursuit-il, “nous tenons à préciser que notre position n’a pas varié. Nous ne céderons pas un iota de nos terres”. Mieux, les populations de Ndingeler donnent un “ultimatum de 48 heures” à Babacar Ngom et aux autorités sénégalaises. Sinon, avertit Mamadou Dionne, “ce lundi, nous allons récupérer nos terres pour les cultiver. Qu’ils ameutent tous leurs nervis, leur police et leur gendarmerie“.

Pour rappel, samedi après-midi, le ministre de l’Intérieur a annoncé, sur sa page Facebook, avoir trouvé une “solution provisoire” afin de permettre aux agriculteurs de démarrer leurs travaux champêtres. “Suite aux concertations, une solution provisoire  a été proposée, afin de permettre aux agriculteurs de démarrer leurs travaux champêtres, en ce début d’hivernage”, avait posté Aly Ngouille Ndiaye. Non sans préciser que c’est “M. Babacar Ngom (qui) a mis à la disposition des populations une partie des terres de son titre foncier, représentant une centaine d’hectares”.Séance tenante, un géomètre a déjà débuté les délimitations nécessaires afin de permettre à une quarantaine de familles d’exploiter chacune des terres cultivables pour cet hivernage.  Les discussions se poursuivront en vue de trouver une solution définitive”, avait ajouté Aly Ngouille Ndiaye.