NETTALI. COM- Le procès des partisans du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) arrêtés pour violences électorales s’est tenu ce mercredi à Tambacounda. Différentes peines, dont une perpétuité, ont été requises contre les 13 accusés.

La perpétuité, c’est la peine que l’avocat général de la chambre criminelle de Tambacounda a requise contre Moustapha Ndiaye, l’un des gardes rapprochés du Parti pour l’Unité et du Rassemblement (Pur). Pour le maitre des poursuites, ce dernier est le meurtrier de Ibrahima Diop, ce jeune qui a été tué, en, 2019, lors des affrontements entre les partisans de Benno Bokk Yakkar et du Pur, durant la dernière campagne  pour  l’élection présidentielle.

Pour ce qui est des deux autres personnes qui sont également en détention provisoire et qui sont poursuivies pour coups et blessures volontaires et détention d’armes sans autorisation, le parquet général a demandé qu’elles soient condamnées à une personne de 2 ans dont mois ferme.

Pour les autres accusés, au nombre de 10, inculpés pour détention d’armes sans autorisation, ils encourent 2 mois ferme. Les parties civiles n’ont pas réclamé de dommages et intérêts. Les avocats de la défense ont plaidé la clémence.

L’affaire est mise en délibéré pour jugement qui sera rendu le 2 juillet prochain.