NETTALI. COM- Le Syndicat des travailleurs de la Justice a renouvelé son mouvement d’humeur en décrétant 48h de grève à partir de ce jeudi 18 juin. Toutefois, le syndicat a décidé de surseoir à sa marche prévue ce vendredi.

Les travailleurs de la Justice ne sont pas dans les dispositions d’enterrer la hache de guerre. Ils poursuivent leur bras de fer contre leur ministère de tutelle, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Malick Sall. Pour preuve, après 72 heures de grèves, ils ont encore décrété un mot d’ordre de de 48 heures les jeudi 18 et vendredi 19 juin 2020 pour exiger encore du Ministre de la Justice de bénéficier de l’application de certains de leurs acquis.

Lesquels sont la mise en œuvre du protocole d’accord du 17 octobre 2018 relative au paiement des primes et la publication au Journal officiel des décrets n° 2018 – 2259, n° 2018 -2260, n° 2019 – 2261 du 14 mars 2018. Ces décrets font état de l’augmentation de l’assiette Fonds commun des greffes.

En outre, le Sytjust demande l’organisation des formations au CFJ pour les reclassements des différents agents dans des hiérarchies supérieures. Ce, en vertu des dispositions transitoires du décret n° 2019 – 413 du 30 janvier 2019 et du décret n° 2019 – 575 du 5 février 2019.

En revanche Me El Hadj Aya Boun Malick Diop ont sursis à leur marche, prévue ce vendredi. Une décision prise suite à la réponse du préfet du département de Dakar. L’autorité administrative a invité les travailleurs de la justice à surseoir à leur manifestation pour ce conformer à l’arrêt N° 010329 du 5 juin 2020 portant interdiction temporaire de marche ou de rassemblement, pour la durée de l’état d’urgence décrété dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.