NETTALI.COM – L’Union africaine (UA) se dissocie de la candidature de l’ancienne ministre nigériane Ngozi Okonjo-Iweala pour la direction générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Elle ne valide pour le moment que celle de l’Egyptien Hamid Mamdouh, également genevois.

Dans un avis juridique rendu lundi dernier, que Keystone-ATS a pu consulter, l’UA estime que le Nigeria a contrevenu à ses règles en lançant Mme Okonjo-Iweala. Celle-ci ne figurait pas dans la liste de quatre candidats, où se trouvait certes un Nigérian, retenus par l’organisation africaine il y a quelques mois.

Pour autant, l’UA ne conteste pas le droit de ce pays de soutenir sa ressortissante. Elle ne demande pas formellement le retrait de cette candidature.

Le Genevois Hamid Mamdouh, qui revendique 35 ans d’expérience dans les discussions commerciales internationales et a oeuvré à l’OMC, reste pour le moment le seul membre de la liste de l’UA à être officiellement en lice pour remplacer Roberto Azevedo. S’affirmant comme un homme de “consensus” entre pays riches et en développement, il souhaite un soutien actif de la Suisse mais Berne attendra juillet et la fin de la période des candidatures pour se positionner.

L’Afrique, seule à ne pas avoir dirigé l’OMC, estime que le moment est venu que l’un de ses représentants pilote l’organisation. Mais certains Etats semblent favorables à une alternance pour les pays développés alors que M. Azevedo, qui quittera l’institution fin août, vient d’un pays émergent.

Pour le moment, outre les deux Africains, un Mexicain, ancien directeur général adjoint de l’institution, et un ancien ministre moldave des Affaires étrangères se sont annoncés. L’UE doit décider si elle veut lancer un candidat. Le commissaire européen au commerce Phil Hogan ne cache pas son intérêt pour ce mandat.