NETTALI.COM – La Cour de justice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a décidé de la suspension de toutes les procédures concernant le Mali et la Guinée. Une décision qui fait grincer des dents.

L’organe judiciaire de la CEDEAO a pris cette mesure suite à la décision de la Conférence des chefs d’État de suspendre ces deux pays après les coups d’État intervenus dans ces deux pays.

Le 18 août 2020, en effet, le président Ibrahim Boubacar Keïta a été renversé par des militaires, dirigés par le patron des forces spéciales Maliennes, le Colonel Assimi Goïta, qui vont récidiver un peu moins d’un an plus tard contre le président de la Transition, Bah Ndaw.

Le 5 septembre dernier, c’est au tour du groupement des forces spéciales guinéen, dirigé par le Colonel Mamadi Doumbouya, de passer à l’acte en déposant Alpha Condé, réélu en septembre dernier pour un troisième mandat.

Curieusement, aucune sanction ne pourra être prise à leur encontre par la Cour de justice de la Cedeao qui note qu’«aucun acte de procédure ne sera enregistré par le Greffe dans toutes les affaires provenant de ces deux pays (le Mali et la Guinée) ».

Cette décision fait déjà grincer des dents au sein de la  «Communauté», car cette décision est de nature à favoriser les putschistes du Mali et de la Guinée