NETTALI.COM – La gendarmerie de Keur Massar a remis entre les mains du procureur de Pikine un agent municipal de ladite commune et un marchand ambulant. Une affaire de coups et blessures volontaires (CBV) réciproques dans laquelle s’est immiscé le maire de la ville, au point de devoir présenter des excuses aux gendarmes.

Le 3 juin dernier, en début d’après-midi, l’agent municipal Ch. T. Ndong a voulu saisir la marchandise du marchand ambulant B. Thiongane, constituée de sacs à main et autres articles. Ayant, par le passé, payé de lourdes amendes, il s’empresse de réintégrer sa marchandise dans un magasin, avant que l’agent n’ait le temps d’intervenir.

Frustré par les agissements du marchand, M. Ndong promet de lui régler son compte. A la fin de sa journée de travail, en fin d’après midi, le marchand ambulant se rend alors au terrain de football du quartier Aladji Pathé où il est rejoint par l’agent municipal, muni d’un long bâton. Ce dernier lui assène un coup qui lui  fracture le bras, avec une incapacité temporaire de travail (ITT) de 45 jours.

Après son forfait et ayant senti que la victime est déterminée à intenter une action judiciaire, l’agent municipal s’empresse de se rendre à l’hôpital de Keur Massar où il se fait délivrer un certificat médical avec une ITT de 15 jours.

Le lendemain matin, B. Thiongane porte plainte à la brigade de gendarmerie et joint à sa plainte, un certificat médical l’ITT de 45 jours avec fracture de l’olécrane gauche (os du coude gauche).

Convoqué, Ch. T. Ndong se présente dans les locaux de la gendarmerie, muni d’un certificat médical avec une ITT de 15 jours. Ainsi, après les avoir entendus le même jour, tous les deux ont été gardés à vue pour les délits de CBV réciproques, avant d’être déférés au parquet de Pikine.

L’intervention et le mea culpa du maire

Cette affaire, somme toute banale, a pris une autre tournure, lorsque le maire s’y invite. Selon des sources de EnQuête, des agents municipaux lui ont fourni de fausses informations sur la supposée agression de l’agent municipal par une bande de marchands ambulants, alors qu’il retournait à son domicile.

Sans faire de recoupements ou une enquête approfondie, l’honorable député-maire de la commune de Keur Massar, Moustapha Mbengue enregistre audio qu’il partage dans le groupe WhatsApp du conseil municipal.

Dans l’enregistrement, le maire s’en prend ouvertement aux enquêteurs qui, à ses yeux, ont eu une attitude partisane. Il y fustige aussi l’arrestation de son agent qui aurait dû, selon lui, bénéficier de la couverture et de la protection des gendarmes pour le travail qui lui est assigné au marché d’Aïnoumady. Ledit audio est relayé par une radio de la place, avant-hier mercredi.

Finalement, “conscient qu’il a été induit en erreur après sa sortie médiatique, il s’est excusé auprès des pandores’’, rapporte la source.

La gendarmerie tient à informer que ses enquêteurs sont des représentants de la force publique et ne peuvent, à ce titre, avoir aucune attitude partisane dans le traitement des questions judiciaires’’, commentent des sources judiciaires.