NETTALI.COM – En Février 2019, le Président Macky Sall a été réélu pour un second mandat sur la base du programme “535”.

Pour respecter ses différents engagements, il a fait confiance à une équipe composée d’hommes et de femmes qui ont la lourde charge de matérialiser sa vision sur le terrain.

Cependant, force est de constater que pour certains, le jeu n’est pas à la hauteur du système mis en place et ils exposent l’entraineur qui les a
choisis.

Pour être un bon joueur dans l’équipe Macky, il faut d’abord comprendre son système. Pour cela il est impératif de lire et comprendre le Plan Sénégal Emergent et le programme “535”. Cela ne concerne pas tout simplement les ministres du gouvernement mais aussi tous les directeurs, PCA, conseillers…Bref, tous les membres de l’équipe !
Ce n’est qu’après avoir compris la vision de l’entraineur qu’un joueur pourra mesurer l’étendue de sa tache et le rôle qu’il doit jouer dans l’équipe.
Sur le terrain, tout acte posé risque inéluctablement d’éclabousser l’entraineur. Chaque joueur doit, avant d’en poser un, penser à l’image de celui qui lui a fait confiance : le Président Macky Sall. Chacun doit toujours se poser la question suivante : et si Macky est au courant ?

Il peut ne pas prendre tout de suite une sanction en procédant à un remplacement qui risquerait peut-être de déséquilibrer tout son système de jeu mais, vous l’aurez bien déçu et sa surprise n’aura d’égale que le mal avec lequel il la vivra, cette déception. Pensez-y !

Depuis des années maintenant, tous les sujets à polémique ne sont l’œuvre que de joueurs en qui l’entraineur a eu à faire confiance et au
lieu de parler du joueur fautif tous les adversaires s’en prennent directement au coach. Le pire dans tout cela est que tous les joueurs de l’équipe se taisent ou se cachent pour ne pas prendre sa défense. A un moment il faudra bien savoir ce qu’être loyal veut dire.

Les milieux défensifs refusent de couvrir les couloirs des latéraux montés et qui tardent à revenir quitte à prendre un but et proposer le remplacement de l’arrière fautif. Aucune solidarité n’est de mise dans l’équipe.
On se permet même de se faire des crocs en jambes entre partenaires et certains vont même jusqu’à filer à l’adversaire les faiblesses du système mis en place par l’équipe à laquelle on appartient. On joue sur deux tableaux en procédant ainsi. On ne peut pas porter le maillot d’une équipe et supporter son adversaire.
Prenez votre courage à deux mains et montez au créneau pour défendre l’entraineur en qui vous devez tout : de votre sélection à toutes les primes perçues jusqu’ici.

Comment des directeurs peuvent être au poste plus de 7 ans sans jamais expliquer aux sénégalais ce qu’ils font dans les secteurs à eux
confiés ? Même pas une seule fois !
Alors que c’est à eux d’aller sur les plateaux afin de convaincre techniquement les populations sur les choix du Président. Un bras technique ça se déploie ou ça s’ankylose.
De quoi avez vous peur ? Vous vous préoccupez de votre propre image ? Celle de celui qui vous a choisi, vous en faites quoi ?

N’oubliez jamais que vous n’avez pas été élu mais choisi par un homme dont vous êtes dépositaire de
toute la confiance. Quand le vent souffle fort, ce sont les branches qui doivent lutter contre mais pas la tige.
Si la bourrasque arrive à déraciner la tige, les branches partiront avec. En politique, il faut avoir le courage de ses idées et être apte à les défendre contre vents et marrées.

Savez vous pourquoi quand les choix sont faits, l’entraineur y intègre le critère “région” ? C’est juste pour que vous vous occupiez des préoccupations de votre terroir d’origine.
Maintenant, si les habitants de votre propre quartier n’ont plus accès à vous, que dire de ceux là plus éloignés. Votre rôle est de suppléer l’entraineur auprès des autres qui n’ont pas la chance de le croiser souvent.

Vous rendez vous compte que depuis quelques temps, tout le monde demande à voir le coach ? N’est ce pas parce qu’ils ne peuvent plus vous
joindre ou parce que vous ne respectez jamais les promesses que vous leur tenez ?
A vous d’y répondre et de changer la donne.
Ayez juste pitié de votre entraineur en posant tous les jours des actes qui l’ho norent. Il le mérite amplement. Donnez lui un peu de répit s’il vous plait. Chaque fois que vous devez poser unacte répréhensible, pensez à lui en premier. Tous ses adversaires vous ont à l’œil et le moindre faux pas de votre part lui serait imputé. C’est là où l’on attend le déploiement de toute votre intelligence en vous mettant exclusivement à son service tout en oubliant vos petites personnes.

Sortez du bois et n’évitez pas les confrontations dans le plus grand respect qui sied. Ça fait toujours mal de voir l’entraineur descendre dans
l’arène afin d’y jouer votre propre rôle.

Que chacun d’entre vous se regarde dans une glace pour voir “ndax fay na naar bi xoromam”. C’est le moment !

SOULEYMANE LY Spécialiste en communication julesly10@yahoo.fr
776516505