NETTALI.COM – Le décret accordant un traitement royal aux anciens présidents du Conseil économique social et environnemental (Cese) existe bel et bien en dépit du démenti de la présidence de la République. C’est en tout cas ce que soutient Ousmane Sonko.

«Honte à la Présidence de la République du Sénégal qui, prise pour la énième fois en flagrant délit de dépeçage du peuple par l’octroi d’un indécent honorariat aux anciens Présidents du Conseil Économique Social et Environnemental, n’a pas trouvé mieux que de se réfugier derrière la non publication du décret au Journal officiel», a écrit le président du parti Pastef-Les patriotes sur sa page facebook. En réalité, Ousmane Sonko ne croit pas du tout au démenti de la présidence de la République qui soutient que le décret qui circule sur le net et les réseaux sociaux est un faux. «Ce décret existe bel et bien et a été circularisé hier, jeudi 14 mai 2020, aux agents de l’Administration via Outlook, en même temps que le décret 2020-1006 relatif à la gestion budgétaire de l’État, et lui est, à tous points, identique dans la forme», révèle le patron de Pastef. Et de s’interroger : «À quoi cela sert-il de mentir quand les preuves sont irréfutables ?»

Analysant «l’octroi d’un indécent honorariat aux anciens présidents du Cese», Ousmane Sonko écrit que «4 500 000 francs Cfa net de salaire mensuel, un véhicule de fonction, 500 litres de carburant, un chauffeur, un garde du corps, c’est plus de 6 000 000 francs Cfa payés à des retraités politiques à ne rien faire, c’est plus de 30 emplois jeunes à raison de 200 000 francs Cfa de salaire mensuel».

Pour rappel, un document circule sur le net et les réseaux sociaux depuis jeudi. Présenté comme un décret présidentiel portant même la signature du Président Macky Sall, il accorderait un traitement royal aux anciens présidents du Conseil économique sociale et environnemental. Ce que la présidence de la République a démenti dans un communiqué parlant d’un «faux décret». Dr en Droit à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, écrit : «S’il est clair que je ne peux pas affirmer avec certitude que le décret est authentique, je peux tout au moins soutenir qu’il présente tous les éléments d’authenticité.»