NETTALI.COM – Selon l’OMS, le nombre de décès dus au paludisme, maladie parasitaire responsable de près d’un demi-million de morts chaque année, pourrait doubler en 2020 à cause du coronavirus.

Alors que le Covid-19 a déjà fait près de 1 300 morts sur le continent africain, la pandémie pourrait faire bien plus de victimes collatérales. Dans un communiqué du 23 avril, parcouru par Jeune Afrique, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’inquiète d’une recrudescence des cas de paludisme en Afrique subsaharienne, qui concentre 93 % des personnes infectées dans le monde. Selon l’agence onusienne, les perturbations des campagnes de distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide et la difficulté d’accès aux médicaments antipaludéens pourraient entraîner un doublement du nombre de décès dus au paludisme en Afrique subsaharienne cette année par rapport à 2018.

De son côté, Jeune Afrique rapporte que l’OMS s’attend à ce que 700 000 personnes meurent du paludisme cette année, selon RFI. “Bien que le Covid-19 représente une menace majeure pour la santé, il est essentiel de maintenir les programmes de prévention et de traitement du paludisme”, explique à nos confrères le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale pour l’OMS pour l’Afrique. “Nous ne devons pas revenir en arrière.”

“Compte tenu du lourd fardeau, que le paludisme fait peser sur les populations vulnérables d’Afrique subsaharienne et de la fragilité des infrastructures sanitaires de la région, l’OMS souligne qu’il est capital de continuer à prévenir, à détecter et à traiter le paludisme.”, prévenait déjà le 25 mars dernier l’Organisation mondiale de la santé.