NETTALI.COM –  Qu’est-ce qu’ils ont la peau dure ces fake news ! Ils pleuvent sur la toile et les réseaux sociaux et finissent par traumatiser certains. Vérifier l’authenticité de leurs contenus, devient un vrai casse-tête. Et il aurait pourtant suffi de faire un tout petit peu attention pour se rendre compte des nombreuses supercheries. Des fake news à la manipulation de l’info, il n’y a qu’un pas qu’on ne devrait pas franchir.

Une vidéo qui a beaucoup circulé ces derniers temps – et c’est sans doute l’une des plus partagées- mettait en scène des Européens arrivés sur un village africain que l’on situe en Casamance. Des internautes ont vite fait de déclarer qu’il s’agit d’étrangers arrivés avec des vaccins. Et pourtant rien à priori ne permettait d’être aussi affirmatif d’autant plus que la langue entendue sur cette vidéo est parlée ailleurs. Rien non plus n’indiquait le lieu et encore moins la temporalité qui permet de situer les circonstances de l’événement. Mais au finish,  ils ont été identifiés comme étant des évangélistes arrivés sur ce village pour offrir des médicaments. Le contexte du coronavirus et cette idée répandue selon laquelle des campagnes de vaccination secrètes étaient en train d’être préparées, rend la manipulation facile.

Des exemples de ce genre foisonnent et semblent accréditer l’idée selon laquelle la manipulation d’images est désormais érigée en mode opératoire notamment sur les réseaux sociaux. Combien de fois a-t-on prêté à des hommes politiques des propos qui ne sont pas les leurs. Aujourd’hui est apparu un phénomène dénommé « deep fake ». Ce sont des vidéos très crédibles, retouchées grâce à l’intelligence artificielle. TF1 a fait la démonstration à l’aide d’une vidéo réalisée à titre pédagogique par un de ses journaliste en interne pour montrer comment arriver à différencier la fausse de la vraie. Plus besoin de grands moyens pour faire ce type de trucages. Il suffit juste pour cela d’utiliser des programmes gratuits disponibles sur internet. L’ordinateur, apprend-on, a simplement scanne le visage du journaliste de TF1 qui sert de modèle en train de parler. Le logiciel mémorise ainsi parfaitement tous les micro- mouvements qu’il a effectués lorsqu’il parle. Il va faire la même chose avec le visage du président Donald Trump (choisi comme exemple). Et pendant des heures la machine va s’entraîner à faire correspondre tous les micro-mouvements du visage du journaliste à celui de Trump. Il suffit par la suite de modifier la voix pour rendre le résultat quasi parfait.

Un bon indicateur pour vérifier si une vidéo a été potentiellement retouchée ou pas, est de voir dans le cas d’une vidéo devenue virale si on y entend des propos choquants voire surprenants de la part d’un personnage que vous connaissez bien et qui ne devrait avoir cette attitude-là. ce ne sont en fait que des indices. Il existe toutefois des outils technologiques qui permettent aux journalistes d’analyser ce type de modifications.

L’équilibre et le triptyque à respecter

Si le fake news peut provenir du commun des personnes, la manipulation de l’information ou tout simplement la publication d’une fausse information, est en général le fait du journaliste. Cette dernière est parfois liée à de la précipitation à produire un scoop. Ce qui est en grande partie la conséquence d’un déficit de recoupement. Dans l’affaire de la défunte Hiba Thiam, morte dans des conditions tragiques, des sites d’informations ont vite fait d’annoncer la libération des personnes arrêtées alors qu’elles étaient en retour de parquet. Même pour annoncer des décès, l’on se précipite ! Quel mérite  y aurait-il à annoncer le premier, un décès ? Un site d’informations d’un journaliste célèbre en a fait les frais puisqu’il avait eu à annoncer la mort d’un saint homme.  Résultat, il n’en était rien. Si beaucoup avaient au moins l’élégance, dans ces cas là de s’excuser au moins ! Certains font comme si de rien n’était et continuent à prôner vertus, éthique et déontologie

Mais constat étonnant, on note de nos jours, la propension à la production d’infos à charge contre des personnalités politiques ou dirigeants d’entreprise. Les différends se règlent désormais dans les journaux, sites d’informations ou réseaux sociaux. Et l’on ne peut manquer de s’interroger sur ce qui peut pousser un journaliste à participer à une cabale. Question à 1 milliard de F Cfa dans ce contexte de solidarité liée à l’épidémie du coronavirus. Il est en effet courant de voir des journalistes sortir du terrain de l’orthodoxie pour tomber dans l’opinion, avec le sombre dessein de détruire l’image d’un quidam, sa bonne réputation et sans fondement sérieux et avéré.

Ce type de pratiques indignes et immorales ne peuvent se faire qu’en foulant au pied une des règles fondamentales du métier de journaliste, l’équilibre. Le journaliste ne devrait pas pouvoir livrer une information sans au préalable collecter sérieusement l’information, la recouper et recueillir la version des faits des parties surtout lorsqu’un individu qui y a intérêt, en accuse un autre. Certains homme des médias vont même parfois jusqu’à utiliser des subterfuges juste pour fournir la preuve d’une information recoupée parce qu’ils auraient contacté un proche de la personne incriminée. Ils savaient d’avance qu’ils n’obtiendraient pas de réponse précise.

Même un document (source documentaire), fut-il un contrat, ne devrait suffire à un journaliste, à moins que ce soit un acte notarié qui, selon la loi, vaut jusqu’à inscription de faux. Le principe le plus élémentaire chez le journaliste veut que le triptyque (collecte, vérification, diffusion) soit respecté. Cela veut dire que quelle que soit la nature de la source (source physique, documentaire, élément audiovisuel…), cela ne constitue qu’un début de piste pour le journaliste et ne doit pas l’empêcher de faire les recoupements (vérification) qui s’imposent avant toute publication.

Mieux, la neutralité dans le travail journalistique, consacrée par son code de déontologie, voudrait que même si l’information recueillie est avérée, qu’on donne la parole à la personne incriminée pour qu’elle s’explique par rapport aux accusations formulées à son encontre. En effet, même le pire des criminels a droit à une défense. Cela, tout journaliste digne de ce nom, devrait le savoir. Tout journaliste qui n’agit pas de la sorte, cesse de respecter les règles.

Le vrai questionnement est de se demander comment un journaliste peut en arriver à mener un combat par procuration ? Qu’il ne nous réponde surtout pas que c’est par patriotisme ou pour l’intérêt national (dans une affaire ayant par exemple trait au public) car lorsque celui-ci est à ce point guidé par l’intérêt public, il se doit, ne serait-ce que par éthique personnelle avant même l’éthique journalistique, se garder d’être tendancieux et partial dans la production d’une information.

La starisation dans les médias sociaux 

A l’heure de l’internet, les réseaux sociaux sont un accélérateur puissant de nouvelles et de manipulation. Et certains journalistes ou activistes qui ont investi les médias sociaux et à la notoriété établie, ne font que jouer sur la crédulité de l’internaute pour accomplir leur besogne, dès lors qu’ils ont affaire à un public complètement acquis à leur cause. Ils se livrent à toutes sortes de manipulation de l’information ou de commentaires orientés. La vérité est que le récepteur de l’information se laisse bien souvent embarquer dans ce qui peut lui paraître vraisemblable, crédible pour peu qu’il soit opposant au régime en place ou hostile à la personne ciblée ou encore et surtout lorsqu’il est un fan du journaliste ou de l’activiste. Eh oui les activistes et journalistes stars existent de nos jours. Ils soignent leurs publics et entretiennent même des rapports privés avec eux. Il faut bien qu’ils les fidélisent. Le suiveur du journaliste ou de l’activiste ne se souciera plus de savoir s’il y a recoupement et équilibre de l’info, il cède désormais à la tentation de la dénonciation, du sensationnel et du parfum de scandale. C’est comme si un rapport de dépendance et de fascination se nouait entre eux.

L’info ne devrait de toute façon point relever de raccourcis avec force omissions volontaires et opinions agrémentées de suspens et de silences, tel dans un one man show. En somme les faits sont manipulés pour faire tirer des conclusions souhaitées. Du scandale sur mesure est servi au peuple assoiffé de sensationnels, de dénonciations et qui les boit comme du petit lait, sans toutefois prendre le temps de réaliser que ce qui se dit, peut être faux. Le journaliste n’a parfois même pas le tact de se rendre compte qu’il est partial, emporté  dans son élan et guidé par un sacerdoce, celui d’accomplir la mission commando à lui confiée. Ne dit-on pas qu’un crime n’est jamais parfait.

Même en ces temps de pandémie, l’info est toujours au centre de la demande des populations férues de faits divers. la presse a suivi à la trace cette mort bien tragique d’Hiba Thiam même en ces moments de stress important. Elle nous a aussi démontré à quel point elle pouvait être coriace surtout pour démonter tel fils de et tel autre fils de. Elle n’est pas gentille avec ces fils de milliardaires, outrepassant parfois le niveau de traitement du factuel en se lançant dans des jugements de valeur, pour certains titres. Youssou Ndour n’a pas été épargné, la faute à sa fille mariée à Dame Amar qu’on a mis au centre de l’affaire. Les photos-montages aux côtés d’Hiba Thiam attestaient de ce fait. Alors que beaucoup s’offusquaient du traitement mou voire inexistant du sujet par le groupe Futurs médias, Bouba Ndour lui, a mis les pieds dans le plat. Il n’a visiblement pas apprécié l’attitude du jeune Amar qui se trouve être l’époux de sa nièce et non moins fille de Youssou Ndour. Il a eu droit à une leçon sur le responsabilité. De même le débat sur l’équation de la drogue dans notre société s’est invité.

Le contexte de pandémie n’a en tout cas fini de livrer tous ses secrets. Pendant que la collecte des dons se poursuit dans le cadre de la force Covid 19 et que les populations attendent toujours leurs vivres, se pose la question de la transparence dans le coût du transport. Un aspect qui semblait préoccuper beaucoup de Sénégalais au fort moment de l’appel à la solidarité. Un montant de 6 milliards annoncé comme coût du transport des vivres dans tous les coins du Sénégal auprès des impactés, est vite rangé au rang de fake news. Le ministre Mansour Faye n’a pas mis du temps pour démentir l’info évoquant plutôt un montant de 1,5 milliards de F Cfa et peut-être même en deçà. Dans le même temps, un regroupement de transporteurs manifeste son intention de ne point gagner de l’argent dans une telle opération au regard du contexte.

Quoi qu’il en soit, l’épidémie, elle poursuit sa route, insouciante aux complaintes et aux désagréments du quotidien des humains qui semblent déjà en avoir bien assez du couvre-feu. Difficile en tout cas  d’échapper à ce virus car le combat contre lui nécessite beaucoup trop de précautions auxquelles il faut se plier. Un combat dont ces cas de guérison (plus de la moitié des infectés), ne devrait pas freiner l’ardeur de Sénégalais en laissant place à l’euphorie. Cette dernière ne devrait pas non plus faire baisser la garde aux populations. Les cas communautaires sont loin d’être maîtrisés et les comportements notés ça et là laissent entrevoir un risque d’’aggravation de l’épidémie si on n’accroît pas de vigilance.