NETTALI.COM – Le Maroc reste à l’avant-garde. Après avoir été parmi les premiers pays à opter pour le traitement à la chloroquine, le Maroc vient de géné­raliser le protocole à tous les cas pos­sibles et sans attendre le résultat de virologie. Si celui-ci s’avère négatif, le protocole sera arrêté.

Depuis trois jours, les directeurs des hôpitaux pu­blics et les responsables des services hospitaliers qui prennent en charge les patients souffrant des symptômes du nouveau coronavirus Covid-19 ont été instruits pour généraliser le traitement à la chloroquine à tous les cas Covid-19 symptomatiques ou relevés par scanner. Le ministre de la Santé Khalid Aït Taleb a adressé un courrier -dont L’Economiste détient copie- en ce sens aux CHU et au Conseil na­tional de l’ordre des médecins.

Dans son mes­sage, le ministre se réfère à la circulaire n°23/DELM/2020 du 24 mars 2020. En effet, le co­mité technique et scientifique du programme national de pré­vention et de contrôle de la grippe et des infections res­piratoires ai­guës sévères a recommandé la chloroquine dans le traite­ment du coronavirus. Les nouvelles directives incitent les médecins à ne plus attendre les résultats des tests du dépistage.

Dès que l’examen au scanner tho­racique dévoile des symptômes similaires aux symptômes du Covid-19, les patients examinés seront soumis à un traitement basé essentiellement sur la chloroquine. Les directives de la cir­culaire du ministre insistent également sur les contrôles par test PCR à J9 puis à J10 pour les patients non hospi­talisés au niveau des soins intensifs et de réanimation afin de déclarer la gué­rison.

Les mêmes contrôles doivent se faire pour les malades hospitali­sés afin de vérifier l’efficacité du protocole et d’envi­sager une deuxième tentative le cas échéant. L’évolution de la situation épidémiologique relative à cette pan­démie est marquée par une recrudes­cence du nombre de cas. Le Maroc a enregistré au 8 avril 1.346 depuis le début de l’épidémie dont 103 guéris et 96 décès.

Selon le ministère de la Santé, plus de 16% des cas ne pré­sentent pas de symptômes, 71% sont des cas légers ou bénins et 14% en stade avancé ou dans un état grave. Pour rappel, Khalid Aït Taleb a ins­titué un comité technique et scien­tifique consultatif du programme national de prévention et de contrôle de la grippe et des Infections respi­ratoires aiguës sévères (IRAS), dans le cadre de l’accompagnement de la mise en oeuvre du plan national de veille et de riposte au Covid-19.

Conformément aux missions qui lui sont assignées, le comité a tenu une première réunion en date du 2 mars 2020, au cours de laquelle des re­commandations importantes ont été émises en matière de définition de cas pour la surveillance épidémiolo­gique du coronavirus, l’adoption du plan national avec ses trois phases ainsi que le dispositif de prise en charge.

Avec Leconomiste