NETTALI.COM – Au moment où le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur donnait, à la suite du point quotidien du ministère de la santé, les grandes lignes du plan de résilience pour les émigrés, “Horizons sans frontières” faisait la comptabilité des Sénégalais morts du coronavirus à l’étranger. HSF a dénombré au moins 39 sénégalais décédés à l’étranger. 

Des informations reçues, dont certaines issues de nos sources et points focaux de la diaspora, le bilan provisoire du nombre de Sénégalais morts du coronavirus, s’élèverait à 39 morts dont 30 au moins en Ile-de-France, 3 en Italie, 2 en Espagne et 2 aux Etats-Unis”, a indiqué HSF dans un communiqué reçu à Nettali.com.

L’organisation promet de continuer son enquête afin de rassembler plus de détails sur la question. Mais pour l’heure, elle “exhorte l’Etat du Sénégal à plus de transparence et de coordination vis-à-vis de ses fils établis à l’extérieur, dans la gestion de cette pandémie qui n’épargne personne. La sensibilité des échos découlant de cette pandémie, demande certes une communication responsable et non alarmante, qui pourrait mettre des milliers de familles dans le désarroi. Mais informer juste et vrai est un devoir transversal qui nous interpelle tous’’.

HSF considère également que “mourir de Covid-19 ne saurait nullement être une honte et l’Etat doit revoir son mode de communication pour arrêter la stigmatisation de la diaspora sénégalaise’’. HSF a son mot à dire sur la décision de l’Etat de ne plus autoriser le rapatriement des corps des Sénégalais morts de coronavirus à l’étranger. L’organisation “regrette encore une fois la sortie du ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. Nous continuons de croire que c’était toujours dans l’ordre du possible à condition qu’il y ait cette volonté politique réelle de trouver d’autres alternatives”.

En prenant acte de cette décision, Horizon sans frontières interpelle les autorités pour qu’elles “veillent au respect du rituel religieux, pour éviter une éventuelle incinération, une pratique inconnue du Sénégal et des pays africains’”, lit on dans le communiqué.