NETTALI.COM – Alioune Badara Diagne dit Golbert a tiré sa révérence ce vendredi 3 avril. Très attristée par la disparition de son “complice”, l’artiste Marie Madeleine Diallo a rendu un vibrant hommage à l’ancien journaliste.

C’est l’effondrement total. J’ai eu du mal à accepter cette nouvelle. Golbert était un monument exceptionnel et extraordinaire dans la vie de tous les Saint-louisiens. C’est pourquoi je dis que le baobab s’est effondré. Parce que chacun d’entre nous, même le Saint-louisien lamba, avant même qu’on ait besoin de lui, Golbert était là présent et ceci dans toutes les circonstances à Saint-Louis. Donc, c’est quelqu’un qui va nous manquer. Il va manquer à tout le Sénégal et à l’Afrique“, a confié Marie Madeleine Diallo sur Rfm.

Avant d’ajouter : “ Il a fait ses preuves et tout le monde le connaît aussi bien comme professionnel du journalisme mais aussi en tant qu’acteur culturel. C’est un monument qui s’est effondré. Je n’ai pas les mots pour qualifier ce qui se passe en ce moment“.

Très affectée par cette perte, l’artiste comédienne estime que le baobab est tombé.

Pour notre troupe Bara Yeggo, je dirai que même si on a perdu El Hadji Mansour, Mame Sèye, Serigne Fall pour dire qu’on a perdu de grands piliers, là c’est le baobab qui tombe. Nous sommes sans voix“, se desole-t-elle.

C’est le monde entier qui a perdu. Golbert Diagne était un artiste accompli aimé par tous les Sénégalais. C’était mon coéquipier dans le théâtre, Certains pensaient qu’il était mon mari tellement on avait une complicité dans le jeu. Nous entretenions une longue relation amicale, c’était avant le théâtre. C’est mon grand frère. Nous avons fait ensemble la Rts. Il nous a appris le métier du journaliste et de l’animation  Il est d’une gentillesse sans commune mesure. Il a beaucoup fait pour Saint-Louis“, témoigne la saint-louisienne.

Je regrette le fait que son décès coïncide avec  l’interdiction de rassemblements ou de cérémonies familiales dues au coronavirus, sinon y aurait un monde fou à Saint-Louis pour l’accompagner dans sa dernière demeure“, conclut-elle.