NETTALI.COM- Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication demande au ministère de la Santé et de l’Action sociale de changer le format des points de la situation de la pandémie du Coronavirus.

Depuis l’enregistrement du premier cas de Coronavirus au Sénégal, le ministère de la Santé organise un point de presse pour, uniquement, faire part des nouveaux cas, de la situation globale depuis l’apparition du cas zéro.

Le Synpics trouve cette démarche risquée avec la menace de propagation du Coronavirus devenue plus pesante.

« Regrouper des journalistes et cameramen dans une salle tous les jours pour une dizaine de minutes pour faire le point ne nous semble plus pertinent. L’exercice en lui-même, dans un contexte où les regroupements sont interdits, semble risqué », prévient le Synpics. Qui propose que les points de presse se fassent via les technologies de l’information (live Facebook, WhatsApp, YouTube) et que pour les télévisions que ce soit la chaine publique seule qui soit appelée à couvrir et à partager après les images sans logo aux autres chaines de TV.

Le Synpics toujours en rapport avec la CJRS invite le ministère de la Santé et de l’Action sociale à prévoir un cadre d’interaction avec les journalistes. Ce, pour clarifier certains aspects liés à la pandémie et à la stratégie de riposte mis en place par l’Etat du Sénégal. Le Synpics sollicite la mise en place d’un point focal média à charge de confirmer ou d’infirmer  toute information sur l’évolution de la maladie dans l’espace nationale.

Aux journalistes et autres techniciens de de l’information et de la communication, le Synpics leur invite à prendre toutes les mesures de prévention afin de ne pas s’exposer eux-mêmes. Car, indique le Synpics, la quête de l’information même dans un contexte de catastrophe ne justifie pas les prises de risques inutiles.