NETTALI.COM – Le décès du jeune conducteur de moto-taxi, Lamine Koïta, est naturel. C’est ce que révèle l’autopsie du médecin-légiste. Une thèse formellement rejetée par la famille du défunt qui reste persuadée que son fils a été assassiné par la police.

La famille Koïta ne compte pas baisser les bras et veut porter plainte. La saisine des organisations de défense des droits de l’homme pour tirer cette affaire au clair est également annoncée, renseigne la Rfm.

Agé de 26 ans, Lamine Koïta a perdu la vie lundi 10 février dernier à l’hôpital de Fatick où il avait été admis pour des soins. Quelques heures auparavant, il avait été interpellé par la police pour faits présumés de détention de chanvre indien. Pour la famille et les amis du défunt, il n’y a aucun doute que la police est mêlé à son décès.

Des organisations de défense des droits de l’Homme dont Amnesty International Sénégal, à travers un communiqué, exigent une enquête “impartiale et indépendante”, pour faire la lumière sur le décès du jeune conducteur de moto taxi, lundi, à Fatick. Elles veulent que les coupables soient arrêtés.