NETTALI.COM – Ce samedi, à Addis-Abeba, à la veille du 33e sommet de l’UA, les chefs d’Etat ont fait un plaidoyer en faveur des pays du G5 Sahel. C’est ainsi qu’ils ont affcihé leur volonté de voler au secours de la force conjointe anti-djihadiste.

Le nouveau président en exercice de l’Union africaine, le Sud-Africain Cyril Ramaphosa devrait organiser en mai prochain à Pretoria un sommet extraordinaire sur la lutte contre le terrorisme à l’échelle du continent.

Sur le Sahel, il y a des appels forts à la solidarité de la part des chefs d’État du G5 Sahel, nous apprend Rfi, ce dimanche. « Il ne suffit pas de nous offrir un soutien politique, il faut aussi que l’on nous donne un soutien militaire et financier. Il faut franchir le rubicond », a lancé ce samedi soir à Addis-Abeba le Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré qui préside actuellement le G5 Sahel.

« Ce sont des occasions pour nous de nous féliciter de la vivacité de la solidarité autour de nos États, mais qui ne sauraient suffire, prévient de son côté le président malien Ibrahim Boubacar Keïta. Nous sommes, dans ce Sahel-là, en devoir du monde : il s’agit d’un choix de vie, de civilisation. Ce qui est en cours au Sahel heurte toutes nos valeurs : quand la mort devient le but ultime d’un combat, ce n’est pas des valeurs dans lesquelles je me reconnais. Or c’est le cas aujourd’hui : quand on vient dans une mosquée et qu’on y déclenche la mort, quand on va sur les marchés, lieux de convivialité dans le Sahel, qu’on y sème également la mort et la terreur. Donc nous sommes en devoir de l’ensemble ces valeurs-là. Cette mission mérite donc d’être accompagnée pour que nous puissions bouter ces gens-là hors du Sahel. »

La même source indique qu’il y a eu aussi le SOS du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, qui ce samedi après-midi, au siège de l’Union africaine, a demandé que les forces de paix disposent désormais d’un mandat beaucoup plus robuste de la part du Conseil de sécurité et disposent d’un financement pérenne. “Un appel transparent à l’Américain Donald Trump”, conclut Rfi.