NETTALI.COM – Le gouvernement du Sénégal à travers la Direction générale de la comptabilité publique et du trésor a levé, vendredi, sur le marché financier de l’Union économique monétaire ouest africaine (UEMOA) un montant de 55 milliards FCFA (environ 93,500 millions de dollars) au terme de son émission simultanée par adjudication d’obligations assimilables du trésor (OAT) à 36 et 60 mois.

La Direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor (DGCPT), en collaboration avec l’Agence UmoaTitres (AUT) et la Banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest (Bceao), a organisé hier, une émission simultanée d’obligations assimilables du Trésor. Cela, dans le cadre de l’exécution du programme d’émissions de titres publics de l’Etat du Sénégal.

Selon un communiqué y relatif, cette dette est contractée avec des maturités in fine (non amortissables) respectives de trois et cinq ans, pour un montant de 50 milliards de francs CFA suivant un système d’enchères à prix multiples.

“Cette opération, conformément à la stratégie de gestion de la dette, a été conclue avec succès, compte tenu des éléments ci-après : un taux de couverture de 256,22% avec des offres de souscription qui sont ressorties à 128,11 milliards FCFA (dont 46,32 milliards sur la maturité de 3 ans et 81,79 milliards sur la maturité de 5 ans); des rendements en amélioration, comparativement à ceux des dernières opérations sur les maturités considérées. Ils s’établissent à 5,76% pour les Obligations Assimilables du Trésor (OAT) à 3 ans (contre 5,83% auparavant) et à 5,99% pour les Obligations Assimilables du Trésor à 5 ans (contre 6,03% précédemment)’’, précise la note.

La même source informe que parmi ces éléments, figure un montant globalement levé de 55,03 milliards ; dont 24,35 milliards d’OAT à 3 ans et 30,68 milliards d’OAT à 5 ans. “Ces résultats attestent de la qualité de signature de l’Etat du Sénégal qui, au demeurant, consolide sa position d’émetteur de référence du marché régional de titres publics grâce, notamment, à la stabilité de son cadre macro-budgétaire adossé à une mise en œuvre efficace de ses politiques publiques, reflétée par une croissance économique de plus de 6% depuis cinq ans’’, indique la note.