NETTALI.COM – L’exclusion de Moustapha Diakhaté de l’Apr est le signal fort qui marque le coup d’envoi de la bataille pour la succession au sein du parti au pouvoir. C’est du moins l’avis de Mamadou Diouf. Le professeur d’histoire à Columbia University des Etats-Unis l’a fait savoir ce dimanche à l’émission Objection de Sud fm.

Après ses multiples sorties qui ont souvent fait grincer des dents du côté de la mouvance présidentielle, Moustapha Diakhaté n’a pas échappé à l’épée de Damoclès qui planait sur sa tête. Un départ qui suscite des commentaires.

La sortie de Moustapha Diakhaté et son exclusion sont effectivement le signal que la bataille pour la succession a commencé au sein de l’apr. Même si c’est une bataille feutrée pour le moment. Et c’est tout à fait normal“, a laissé entendre Mamadou Diouf.

A en croire le professeur d’histoire à Columbia University des Etats-Unis il y a des anomalies à l’Apr.

” Ce qui est anormal dans ce jeu politique au sein du parti présidentiel, c’est l’idée (du président Macky Sall) d’étouffer les ambitions politiques des uns et des autres en gardant le flou sur un 3ème mandat qu’il ne pourra jamais briguer à moins qu’il change la constitution. La conséquence qui découle de cette stratégie, c’est qu’elle va miner et l’appareil d’Etat et l’appareil politique, l’Apr“, précise-t-il.

Une situation qui ne manquerait pas de conséquences.

Il va y avoir des tensions de plus en plus importantes entre l’appareil d’Etat et l’appareil politique c’est-à-dire l’Apr, d’une part. Et d’autre part il va y avoir une cacophonie de plus en plus importante“, prévient l’invité de Baye Oumar Guèye.