NETTALI. COM- L’affaire Fatoumata Makhtar Ndiaye, du nom de cette ancienne 5e vice-présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese) assassinée en 2016, sera jugée aujourd’hui à la barre de la chambre criminelle de Dakar. Pour mémoire, cette responsable politique de l’Apr perdait la vie à la suite d’actes d’une atrocité sans commune mesure dans la nuit du 18  au 19 novembre 2016.

Trois ans après cet assassinat, seul son chauffeur a été arrêté. Samba Sékou Dia Sow, puisque c’est de lui qu’il s’agit, avait indiqué avoir agi pour voler de l’argent à sa patronne.  Il avait plus tard, dans une déclaration sonore, indiqué avoir tué Fatoumata Matar Ndiaye à la demande de certaines personnalités du régime. C’est sur ces entrefaites qu’il a été placé sous mandat de dépôt.

Devant la chambre criminelle, ce matin, les avocats de la défense ont sollicité le renvoi pour « mieux s’imprégner du dossier ». «Les documents sont incomplets. Nous n’avons pas les procès-verbaux d’enquête de police, du Doyen des juges d’instruction et de l’ordonnance de renvoi, en sus, des avis et des convocations du juge d’instruction pour les parties civiles et les témoins. Nous avons besoin de tous les éléments. Il s’y ajoute que l’affaire vient pour la première fois devant votre juridiction. Nous demandons le renvoi », a dit Me El Mamadou Ndiaye, un des avocats de la défense.

Mais, le président de la chambre criminelle estime que toutes les conditions sont réunies pour la tenue de l’audience.

Avant lui, le parquetier Saliou Ngom a laissé entendre : « A qui faute ? Il vous incombe, vous les conseils de la défense, d’aller au bureau de l’enrôlement pour prendre les informations nécessaires pour votre dossier ».

L’affaire vient d’être appelée à nouveau. Près d’une dizaine de témoins sont appelés à la barre.