NETTALI.COM – Après deux ans de mise en œuvre, le Puma expose, à la Foire de Dakar, ses réalisations au bénéfice des populations des zones frontalières.

Malgré ses moyens limités, le Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (Puma) se démène comme un beau diable, pour tirer les populations des zones frontalières de la précarité. Déjà, l’arbre commence à générer les fruits attendus, si l’on en croit les autorités de cette boite. De juin 2017 à juin 2019, indique un communiqué de la structure, le Puma a réalisé d’importants investissements à forts impacts sur les populations frontalières, pour un budget global alloué par l’Etat de10milliardsdefrancsCfa.

Sesréalisationsportent, notamment, sur la santé avec la construction et l’équipement de 15 postes de santé et 2 cases de santé, la dotationde43ambulancesmédicalisées,laconstructionde 33 logements de sages-femmes, Icp et Asc. Dans le domaine de l’hydraulique, le Puma a réalisé 5 forages set 5 châteaux d’eau, l’extension de 5,4 km du réseau d’adduction d’eau, des études géophysiques sur 67 sites pour des ouvrages hydrauliques prévus… Pour ce qui est du secteur éducatif, il s’est agi de la construction de 2 cases des tout-petits, de 10 salles de classe et de blocs d’hygiène, ainsi que de la dotation de 300 tables-bancs et du matériel didactique.

Au-delà de ces actions, le Puma a aussi, selon le document, beaucoup œuvré dans le domaine de l’accompagnement des cibles, au plan économique. Sur ce registre, les autorités font état d’une dotation de 137 équipements post-récoltes, de 40 motopompes, de l’installation et de l’exploitation de 48 cages flottantes pour la pisciculture, de la mise ne place de 11 cadres de concertation pour les aménagements hydro-agricoles, entre autres. Par ailleurs, la structure a aussi beaucoup fait dans le domaine de l’aménagement des terres, de la formation des acteurs et de l’électrification des zones concernées (Karang-poste,DiakhaetàGuémédji).

Selon la note, des stratégies de recherche de financements et des mécanismes de mutualisation avec les autres programmes ont été développés, pour la prise en charge des préoccupations légitimes des communautés. Perspectives En ce qui concerne les perspectives, le Puma ambitionne de réaliser 3 000 km de pistes, 750 km de routes bitumées, la construction de 583 infrastructures de santé, 569 ouvrages hydrauliques, l’électrification de 424 localités, la construction de 165 infrastructures scolaires et le remplacement de 839 abris provisoires éducatifs, l’aménagement hydro-agricole de 20 000 ha, l’aménagement de 245 périmètres irrigués, etc. Sur la base d’une approche collective, concertée et participative, informe le maitre d’ouvrage, les besoins des différentes régions frontalières ont été exprimés dans les schémas frontaliers d’implantation d’infrastructures (Shef) élaborés par les gouverneurs. Lesquels ont fait l’objet d’exploitation par la Coordination nationale du Puma pour aboutir aux documents de base du programme. “Cette phase a abouti à la production de la note d’orientation et de la matrice d’actions prioritaires (Map) validéesenjuin2017etcomportant14966actions (infrastructures et équipements) pour un budget estimé à 610 milliards F Cfa, suivie d’un atelier de rationalisation et de mutualisation avec les ministères sectoriels, les projets et programmes de l’Etat’’, lit-on dans le document.

Le Puma également organisé des comités régionaux de développement (Crd) de partage et de priorisation de sanctions  dans les dix régions frontalières. Conformément au décret portant sa  création, l’objectif général du Puma“ est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations et à la réduction de la pauvreté au niveau des axes et territoires frontaliers, par leur modernisation’’.