NETTALI.COM – C’est au commissaire Bara Sankharé, patron de la Sûreté Urbaine que l’affaire du suicide sur l’avenue Lamine Guèye du jeune policier Gabriel Blaise Basse,  membre de la 44e promotion de l’école de police, en service à la Compagnie de circulation au commissariat central, que l’enquête a été confiée. Le policier s’était planté à la gorge une paire de ciseaux. La Sûreté urbaine tente de cerner le mobile de cet acte désespéré.

La nouvelle est tombée telle un couperet, hier mercredi, vers 12 heures. Un jeune policier identifié plus tard sous le nom de Gabriel Blaise Basse, récemment affecté à la Compagnie de la circulation, sise au commissariat central, venait d’attenter à sa vie dans des circonstances atroces. Muni d’une paire de ciseaux, il s’est planté à la gorge, une paire de ciseaux et s’est vidé de son sang sur place, avant même l’arrivée des secours.

Alertés, les limiers de la police technique et scientifique ont rappliqué sur les lieux en même temps que les sapeurs-pompiers. Ils seront suivis par les éléments de la Sûreté urbaine de Dakar qui ont hérité du dossier. Des prélèvements ont été effectués et les hommes du commissaire Bara Sankharé ont requis les sapeurs-pompiers pour le transport de la dépouille du policier à la morgue de l’hôpital Aristide Le Dantec.  Une autopsie a été ordonnée par le procureur du tribunal de grande instance de Dakar, Serigne Bassirou Guèye.

Selon des sources policières, «plusieurs blessures béantes et profondes ont été relevées dans la région du cou du défunt et à plusieurs autres parties de son corps. L’arme du crime (une paire de ciseaux) a aussi été mise sous scellé pour nécessité d’enquête».

Les policiers de la Sûreté urbaine de Dakar ont déjà entamé leur enquête. Plusieurs témoins oculaires ont été auditionnés sur les circonstances du suicide.

Pour l’heure, note une source proche de l’enquête, «aucun indice pouvant aider à cerner le mobile du suicide, n’est disponible. L’enquête se poursuit, nous attendons les conclusions de l’autopsie et de la police technique. Déjà, il n’est pas exclu que nos auditions soient élargies du côté des proches du défunt».