NETTALI.COM – Inculpés et placés sous mandat dépôt pour actions diverses, rébellion, provocation à un attroupement et participation à une manifestation interdite,  Guy Marius Sagna et Cie sont en grève de la faim depuis 7 jours. Dispatchés dans trois prisons différentes, ils refusent toujours de s’alimenter pour dénoncer leur détention qu’ils jugent arbitraire. Du coup, leur situation sanitaire s’est détériorée et leurs avocats craignent le pire.

Les avocats de Guy Marius Sagna et Cie craignent le pire après la grève de faim déclenchés par ces détenus depuis maintenant 7 jours.  Ils alertent l’opinion et invitent l’administration pénitentiaire à jouer pleinement son rôle.

«Nous craignons le pire parce que déjà nous sommes dans une situation extrêmement délicate parce que c’est la première fois que dans un seul dossier, on a des lieux de détention différents», fustige Me Khoureychi, l’un des avocats du pool d’avocats commis pour défendre les intérêts des inculpés.

Il demande à l’administration pénitentiaire de prendre ses responsabilités et agir dans le cadre des lois et règlements qui organisent les prisons. «Dans un tel cas de figure, la loi qui organise l’administration pénitentiaire a tout prévu», soutient l’avocat.

En clair, l’avocat demande que tous ces détenus soient regroupés dans une même prison afin que leur prise en charge soit plus efficiente et que les négociations pour les amener à suspendre leur diète soient mieux menées.