NETTALI.COM – Arrêté et envoyé en prison en même temps que huit autres activistes, Babacar Diop ne sera pas seul dans son combat. Le secrétaire général des Forces démocratiques du Sénégal (Fds) peut compter sur la communauté universitaire qui a déjà commencé à se mobiliser pour sa libération.

Docteur en philosophie, Babacar Diop, professeur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), dort à la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Rebeuss depuis mercredi. Il avait été arrêté en même temps que huit autres de ses camarades dont Guy Marius Sagna pour «participation à une manifestation interdite». Le secrétaire général des Forces démocratiques du Sénégal (Fds) a d’ailleurs été admis ce jeudi à l’infirmerie de la prison de Rebeuss. Ce, à cause de la grève de faim que lui et ses codétenus observent depuis lundi dernier. Mais il n’est pas seul dans son combat. Puisque la communauté universitaire a décidé de porter le combat pour sa libération.

Des étudiants membres de différentes organisations se sont réunis jeudi au campus de l’Université Cheikh Anta Diop pour exiger la libération de Dr Babacar Diop. Ils ont ainsi décidé de participer en masse à la manifestation prévue le 13 décembre pour exiger la libération de Guy Marius Sagna, Babacar Diop et de tous les autres. Avant eux, le Saes et le Sudes ont aussi réclamé la libération du leader des Fds. Dans un communiqué, le Bureau exécutif national (Ben) du Syndicat autonome des enseignants du supérieur (Saes) dit avoir constaté avec regret l’arrestation de Docteur Babacar Diop suite à «une marche légitime, garantie par notre Constitution». «La place de Dr Babacar Diop n’est pas dans une maison d’arrêt et de correction, mais dans les amphithéâtres et les laboratoires. Sa participation à une marche pacifique pour dénoncer la hausse du prix de l’électricité ne saurait justifier son emprisonnement», écrit le Saes dans un communiqué. Avant d’exiger «la libération sans condition (de Babacar Diop) ainsi que celle des autres citoyens arrêtés lors de cette marche». Même exigence du côté du Sudes qui souligne que «la place de Dr Babacar Diop n’est pas en prison, mais au département de philosophie où des milliers d’étudiants l’attendent et où les enseignements ont déjà commencé».

A côté de cela, il y a les initiatives individuelles comme celle de l’ancien ministre et enseignant à l’Ucad. Aliou Sow a en effet commis un avocat pour renforcer la défense de Dr Babacar Diop.