NETTALI.COM – Guy Marius Sagna et Cie ont été déférés au parquet ce lundi. Arrêtés vendredi dernier lors d’une manifestation sur la hausse du prix de l’électricité, ils ont été gardés à vue et doivent faire incessamment face au Procureur. Ils sont arrêtés pour trouble à l’ordre public, attroupement, participation à une manifestation non autorisée, rébellion et violence contre un agent dans l’exercice de ses fonctions.

La Sûreté urbaine du commissariat central de Dakar a déployé un dispositif spécial pour déférer l’activiste Guy Marius Sagna et Cie au tribunal de Dakar. En plus de la voiture qui les a conduits au Palais de Justice, il y avait deux autres véhicules composés de policiers armés jusqu’aux dents. Ils sont à la cave en attendant leur face à face avec le procureur de la République qui décidera du sort qui leur sera réservé.

L’arrestation de Guy Marius Sagna et compagnie s’est d’ailleurs invitée dans les débats à l’Assemblée nationale où le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye, faisait face aux députés pour défendre son budget 2020. Les parlementaires sont divisés sur la question.

La député Socialiste Aida Sow Diawara plaide pour des « sanctions exemplaires ». Pour elle, le fait de manifester devant les grilles du Palais est « inadmissible ». La Parlementaire de citer l’exemple d’un pays (sans le nommer de peur de créer un incident diplomatique) proche qui a sanctionné de trois (03) ans ferme des manifestants qui ont posé le même acte que Guy Marius Sagna et ses camarades.

Son collègue du parti Rewmi, Déthié Fall, estime pour sa part que l’Etat est responsable de cette situation. « Ce sont les interdits de manifestation qui encouragent la défiance. Nous avons suffisamment de forces de l’ordre pour encadrer une marche », a déclaré le Vice-président du parti Rewmi. C’est : « l’arrêté Ousmane Ngom », du nom de l’ancien ministre de l’intérieur sous le régime de Me Wade, qui est la source de toutes les dérives constatées lors des manifestations en ville. Cet arrêté n’est pas conforme à l’expression démocratique. Il doit sauter », a demandé Dethié Fall qui n’a pas manqué d’exiger « la libération de Guy Marius Sagna, Babacar Diop et autres. »