NETTALI.COM- Le sabre remis au Président Macky Sall, dimanche dernier, au palais de la République, par le Premier ministre français, Edouard Philippe, est bel et bien celui d’El Hadji Oumar Tall. L’affirmation est du professeur Felwine Sarr, qui dément ainsi ses collègues universitaires.

Co-auteur du rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain avec Bénédicte Savoy, le professeur Felwine Sarr s’inscrit en faux contre ceux qui soutiennent que le sabre remis au Président Macky Sall, dimanche dernier, au palais de la République, par le Premier ministre français, Edouard Philippe, n’est pas celui d’El Hadji Oumar Tall.

L’universitaire, invité à l’émission «Jury du dimanche» sur iRadio, souligne d’abord qu’il s’agit  d’«un débat d’historiographie». Il a expliqué la démarche adoptée en précisant que c’est une question historique qui a été traitée par plusieurs sources. «Il y a des historiens américains qui ont travaillé dessus, des historiens sénégalais, ouest-africains, français. Et nous avons une documentation extraordinaire sur le 19ème siècle ouest-africain. Et c’est en ce moment-là où il y a la conquête d’El Hadji Oumar Tall, et la pénétration coloniale. Nous avons lu beaucoup de sources, nous en avons fait des synthèses, des recoupements pour voir ce qui est le plus plausible. J’ai été voir la famille omarienne à la Médina», renseigne-t-il.

A croire Felwine Sarr, la famille omarienne avait entrepris, depuis 1993, des démarches pour que le sabre revienne. «Est-ce que El Hadji Omar avait un ou plusieurs sabres? Je n’en sais rien. Probablement, on aurait pu dire un sabre d’El Hadji Omar plutôt que le  sabre. La famille considère qu’El Hadji Omar avant d’aller à cette bataille de Bandiagara en 1864, avait confié à son fils Ahmadou ce sabre. Pour son fils et sa famille, c’est un legs et c’est le symbole qui compte», ajoute le chercheur.

Par ailleurs, Felwine Sarr estime que les circonstances de la disparition d’El Hadji Omar Tall restent à être élucidées. C’est pourquoi il juge que «cette restitution nous oblige à rediscuter d’El Hadji Oumar Tall».

A rappeler que le sabre en question a été emporté comme butin de guerre par le Colonel Louis Archinard, après avoir vaincu Ahmadou à Ségou. Outre le sabre, des manuscrits, des habits ont également fait partie du butin.