NETTALI.COM-Chaque année, 100 malades en moyenne sont évacués à l’étranger. Mais, selon le ministre de la Santé et de l’Action sociale qui a fait la révélation à l’émission « Jury du dimanche », le Sénégal tend vers « Zéro évacuation » surtout en matière de cancer puisque la première pierre du Centre national d’oncologie sera posée le  mois prochain.

 « Nous avons en moyenne annuelle 100 évacuations de santé. Nous avons plus de 10 mille interventions tous les jours de Sénégalais et de Sénégalaises satisfaits, qui sortent de nos hôpitaux guéris. On ne peut pas dire, parce qu’il y a intervention ou évacuation à l’étranger que notre système de santé n’est pas bon. Nous avons un système de santé très bon », a indiqué le ministre de la Santé sur I.radio.

Abdoulaye Diouf Sarr reconnaît cependant qu’ « il y a des interventions qui méritent une intervention à l’étranger ». « Quand il y a une situation qui exige un plateau qui n’existe pas chez nous, la sagesse voudrait qu’on intervienne à l’étrange », souligne-t-il.

Toutefois, pour lui, le Sénégal est en train de combler ce gap. En 2012, rappelle-t-il, sur toute l’étendue du Sénégal, il y avait quatre centres de dialyse pour traiter l’insuffisance rénale.

Aujourd’hui, signale-t-il, on en a 29 partout dans le Sénégal. « Il n’y avait pas de plateau efficace sauf à Dantec. Je refuse qu’on jette notre système en pâture. Nous sommes en train de travailler pour combler le gap en matière de cancer. Au mois prochain nous allons poser la première pierre du Centre national d’oncologie qui va prendre en charge le cancer de A à Z.  Nous sommes en train de tendre vers zéro pour les évacuations sanitaires. Il y a lieu de travailler à ce que notre système puisse prendre en charge l’ensemble des interventions mais on aura toujours besoin de ce rendez-vous du donner et du recevoir. Notre radio thérapie est très utilisée par la sous-région », indique-t-il.