NETTALI.COM – L’ancien président Tchadien, Hissène Habré, serait très malade au point d’inquiéter les responsables de l’administration pénitentiaire.

Condamné aux travaux forcés à perpétuité par les Chambres africaines extraordinaires créées au sein des juridictions sénégalaises, il purge sa peine à la prison du Cap Manuel, où un compartiment a été construit sur financement de l’Union africaine qui avait donné mandat au Sénégal de le juger.

Dans les colonnes de « Vox Populi», un membre de la famille de l’ancien président confirme l’information. . « Depuis le début du mois de novembre, le Président Habré a été vu plusieurs fois dans un cabinet médical. Son état de santé est incompatible avec la détention car il avait fait une crise cardiaque », indique ce proche de la famille.

Pour mémoire, des Chambres africaines extraordinaires créées par une loi spéciale de l’Assemblée nationale sénégalaise avaient entrepris le 20 juillet 2015 de juger l’ex-président tchadien Hissène Habré. Le 30 mai 2016, celui-ci est condamné à la prison à vie, ce qui marque la première fois qu’un ex-chef d’État est jugé en Afrique pour des violations des droits humains.

Selon une Commission d’enquête tchadienne, le règne de Hissène Habré, au pouvoir de 1982 à 1990, aurait été marqué par une terrible répression. On estime le nombre de victimes du régime à 40 000. Renversé en 1990, et remplacé par le général Idriss Déby, Habré quitte son pays et trouve refuge au Sénégal.