NETTALI.COM – Au sein des Thiantacounes, la rivalité a atteint son paroxysme, lors du grand Magal de Touba. Les deux camps n’ont pas pu régler leur différend survenu bien avant le rappel à Dieu du regretté guide Serigne Béthio Thioune. Résultat, ils ont célébré le Magal chacun de son côté.

“Si Cheikh Béthio Thioune comptait 1 000 000 de talibés, les 900 000 ont suivi Sokhna Aida Diallo’’. Les propos sont d’un “diawrigne’’ universel qui est du camp de Serigne Saliou Thioune Gueule Tapée. Trouvé à Diantoul Mahwa où le khalife des Thiantacounes célèbre le Magal entouré de ses frères, demi-frères, tantes et autres parents, ce “diawrigne’’, très énervé par ce qui se passe, s’interroge et interpelle les hautes autorités de la mouridya. “Il faut qu’elles sifflent la fin de la récréation. Dans l’islam, la femme n’a jamais et ne sera pour tout l’or du monde un khalife’’, rouspète l’interlocuteur d’’’EnQuête’’. Dans ce quartier bâti dans les années 1990, tout rappelle le défunt guide des Thiantacounes. Le décor planté, comme les années précédentes, accueille un Cheikh Saliou Thioune qui a essayé tant bien que mal de mettre les petits plats dans les grands. En ce jour de grand Magal qui marque la célébration du départ en exil du fondateur de la confrérie, les Thiantacounes viennent renouveler leur allégeance, pour certains, là ou d’autres viennent recueillir des prières. Dans ce lieu, les invités sont bien reçus. Tous les plats sont proposés, la nourriture est en quantité. Interpellé sur le budget de ce Magal, les responsables refusent de s’exprimer. Tout juste consentent-ils à dire : “Il n’est pas conseillé, encore moins indiqué de révéler ce qu’on dépense.’’ Le nouveau khalife, qui en est à son premier Magal, distille des conseils, des recommandations et prie pour les talibés. Dans ce lot, on distingue aussi des artistes dont le célèbre Papa Ndiaye Thiopet.

A Ngabou, les confidences du médecin du défunt Cheikh Béthio Thioune A l’opposé à Ngabou, une localité située à quelques 5 km de Touba, les dissidents, sous la houlette de Sokhna Aida Diallo, avec à ses côtés ses coépouses que sont Bator Thiam et Adja Déthié Pène, commémorent le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba. Assise dans un fauteuil, la veuve de Cheikh Béthio accueille dans la joie et l’allégresse les fidèles. Elle prie pour certains et fait des recommandations à l’endroit des autres pour une bonne prise en charge des invités. Elle a tenu aussi à mailler les “xanthiane’’ (quartiers périphériques) avec des cuisines érigées en la circonstance. Difficile de tirer quelque chose des fidèles. Comme Serigne Saliou

Thioune, Sokhna Aida Diallo a aussi déplacé des cuisines jusqu’à Diourbel. La dame, qui est droite dans ses habits de “diewrigne’’ universelle, est partout adulée. Dans ce lot, se distingue Limamoulaye Guèye, le médecin de feu Cheikh Béthio Thioune, lors du petit-déjeuner royal à Ngabou. Il dira à cette occasion : “Vous êtes l’élue de Cheikh Béthio Thioune. C’est vous qu’il avait choisie jusqu’à ses derniers jours. Ses derniers instants, il m’avait confié qu’il n’a pas une autre personne aussi proche de lui que toi Sokhna Aida. Cheikh Béthio, lui-même, m’avait encore confié qu’après sa mort, il nous mettra entre les mains d’une personne qui gérera les ‘thiant’ comme il faut. Et on sait très bien que c’est de vous dont il s’agissait.’’

Auteur : EnQuête