NETTALI.COM – Partis pêcher en haute mer, Moustapha Ngom et son équipe ont été surpris par la pluie. La foudre qui s’est abattue sur eux, ne leur laissera aucune chance de survie.  

Moustapha Ngom, le capitaine d’une pirogue de 9 mètres n’a pas voulu prendre de risque, en restant en haute mer alors qu’il pleuvait des cordes, ce jour là. Mais il n’atteindra pas la berge de Soumbédioune, car il sera foudroyé et un des membres de son équipage projeté par une décharge, disparaîtra au fond de l’océan. Le drame a eu lieu samedi dernier, à environ 45 kilomètres aux larges des côtes sénégalaises.

Le pêcheur Moustapha Ngom, âgé de 45 ans, était retourné chez lui, à Kayar, ce 5 septembre, pour assister à la cérémonie de prière des 2 rakkas qui y est organisée chaque année. Il est retourné, vendredi, à Soumbédioune, dans le cadre de ses activités de pêcheur. Ce samedi 7 septembre, autour de 5 heures du matin, le ciel était clair et dégagé, Moustapha Ngom est ainsi parti avec son équipe en haute mer

Il avait malheureusement beaucoup plu ce jour-là. Ce qui l’avait obligé à retourner en direction de la plage de Soumbédioune. Quand la pluie cessa de tomber, la foudre et les éclairs commencent à zébrer dans le ciel. Les écouteurs de son téléphone portable vissés aux oreilles, Moustapha Ngom écoute la radio. A cet instant, un éclair fissure le firmament et se décharge sur le téléphone comme sous l’effet d’un aimant. C’était comme si l’appareil attirait les éclairs. Le téléphone et le casque seront grillés. Moustapha Ngom sera foudroyé et carbonisé sur le banc de la pirogue où il s’était assis. Il meurt sur le coup. Un de ses compagnons, Abdoulaye Dièye, âgé de 17 ans, sera aussi projeté par la force des éclairs dans les eaux marines où il disparaîtra.

Cheikh Dièye et Pape Ndiaye, les deux autres membres de l’équipage, auront plus de chance. Ils sont sains et saufs. Les deux rescapés prennent alors le contrôle de la pirogue et font cap sur Soumbédioune où ils accostent autour de 10 heures avant d’informer les proches.

A noter que Moustapha Ngom menait ses activités de pêcheur à Soumbédioune, quand les affaires ne marchaient pas trop bien à Kayar. L’homme restait à Dakar jusqu’à l’approche du Magal de Touba ou la célébration du Gamou de Tivaouane avant de retourner avec sa pirogue à Kayar. Moustapha Ngom laisse derrière lui deux épouses, dont l’une est enceinte de six mois et 4 enfants éplorés.

Son corps sans vie sera acheminé à la morgue de la commune de Kayar. Il a été inhumé, lundi au cimetière de Touba.

En revanche, le corps du jeune Abdoulaye Dièye est toujours introuvable. Des opérations de recherches sont menées par les garde-côtes.