NETTALI.COM – Les conditions de détention dans les prisons sénégalaises préoccupent Ousmane Sonko. Après le décès de deux jeunes détenus à Rebeuss, le leader de Pastef-Les Patriotes a publié une déclaration pour proposer des solutions afin d’améliorer les conditions de vie des citoyens en conflit avec la loi.

 «C’est avec regret que nous avons appris le décès de deux détenus à la prison de Rebeuss. Qu’ils reposent en paix.» C’est en ces termes que le député Ousmane Sonko ouvre sa déclaration publiée ce samedi. Déclaration dans laquelle il fait des propositions afin d’améliorer les conditions de détention dans les Maisons d’arrêt et de correction. De l’avis du leader de Pastef-Les Patriotes, les circonstances de la disparition tragique des deux jeunes détenus morts cette semaine à la prison de Rebeuss restent encore inconnues. «Mais, s’empresse-t-il de préciser, ce dont nous sommes certains, c’est que les conditions de détention dans notre pays sont ignobles, avec un système carcéral qui déshumanise les êtres humains et les prive de leur dignité

Ousmane Sonko estime, d’ailleurs, que «la politique d’emprisonnement à outrance et à tout va de la justice de Macky Sall, qui entasse, empile, affame, humilie, casse, pour réduire à néant des individus, a contribué à rendre la situation actuelle intenable. De plus, il n’existe aucune perspective de Salut pour ceux que la société condamne».

Pourtant, à l’en croire, des solutions existent. «Je ne vous parle pas des mesurettes annoncées par le ministre de la Justice, mais des Solutions vraies, concrètes. Je les avais évoquées dans mon programme électoral de février 2019», dit-il. Avant de poursuivre : «Pour désengorger les prisons, nous proposons de remplacer les peines pour des délits mineurs par des programmes de réinsertion sociale qui peuvent être mises en place en collaboration avec les mairies ou les collectivités locales (plantation d’arbres, main d’œuvre agricole, nettoyage d’espace public…). Nous devons réformer la justice sénégalaise pour la rendre plus efficace, en donnant plus de moyens aux acteurs, en renforçant l’effectif des magistrats et des agents judiciaires.»

Et parce qu’il croit que «le respect du droit ne peut se faire sans le respect de la dignité humaine», Ousmane Sonko estime qu’«il est nécessaire d’instituer un juge des libertés et de la détention, qui sera chargé de statuer sur la mise en détention d’une personne, mais également des conditions de l’application de mesures restrictives de liberté». «Pour rendre notre justice plus opérationnelle, nous devons dématérialiser les procédures pour une meilleure efficacité dans le traitement des dossiers.

Pour finir, nous devons remettre l’humain au cœur de notre système carcéral. Les individus que la justice sanctionne doivent être incarcérés dans des conditions dignes et justes. Pour cela, il faut construire de nouvelles prisons qui respectent les standards internationaux», lit-on dans la déclaration du leader du parti Pastef.