NETTALI.COM – L’enquête rondement menée par la Division des investigations criminelles, sur commande du procureur de la République, n’a pas permis de retrouver traces du supposé virement de Timis à la société dénommée Agritrans, évoqué par la BBC dans son reportage qui connut un retentissement médiatique planétaire.

Chargée de missions pour enquêter sur l’affaire Petro-Tim, la Division des investigations criminelles (Dic) avait envoyé des réquisitions à toutes les grandes banques établies au Sénégal pour avoir des informations sur les avoirs financiers d’Aliou Sall.

Dans sa livraison du jour, « Libération » informe que les recherches étaient géométriquement centrées sur le supposé virement de 250 000 dollars de Timis à sa société dénommée « Agritrans ».

Pour le journal, ces réquisitions n’ont pas permis d’établir l’existence d’un quelconque versement en faveur de cette société gérée sur le papier par le maire de Pikine Abdoulaye Timbo, par ailleurs oncle d’Aliou Sall.

En d’autres termes, ce virement évoqué par BBC dans son reportage n’existe pas dans les comptes d’Agritrans logés à la Banque islamique du Sénégal (Bis) et à la Banque agricole, ex-Cncas.  La période couverte par les investigations va de 2010 à 2019.
Abdoulaye Thimbo, qui gérait Agritrans à l’époque, a nié l’existence de cette opération lors de son audition tout comme Aliou Sall qui en serait le bénéficiaire.
Accroché par les limiers, El Hadji Kassé, l’ancien conseiller en communication du chef de l’Etat, aurait soutenu ne pas disposer de preuves établissant l’existence de ce fameux comte.
Toutefois, « Libération » renseigne que des banques ont établi des virements en provenance de Timis dans les autres comptes professionnels d’Aliou Sall. Il s’agit d’opérations mensuelles de 25 000 dollars étalées sur cinq ans. Un montant qui correspond au salaire dont parlait Aliou Sall, termine le journal.