NETTALI.COM –Autorités étatiques, politiques, religieuses, parents et amis ont rendu hommage, ce vendredi, à l’ancien directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agricultures (FAO), Jacques Diouf, décoré à titre posthume de la médaille de Commandeur dans l’Ordre national du Lion.

Jacques Diouf dont la dépouille est arrivée à Dakar en provenance de Paris, jeudi soir, sera inhumé ce vendredi à Saint-Louis, sa ville natale.

Le général Meissa Niang, Grand chancelier, ancien Haut Commandant de la gendarmerie et ancien Directeur de la justice militaire, a posé la médaille sur le drapeau national enveloppant le cercueil de l’ancien DG de la FAO. Ce faisant, il a prononcé la formule consacrée devant une assistance composée d’autorités étatiques, politiques, religieuses, de parents et d’amis, venus assister à la cérémonie de levée du corps.

L’’Ordre national du Lion, en temps de paix, est la plus haute distinction sénégalaise pour les personnalités marquantes ayant effectué quinze ans de services civils ou militaires, ou vingt ans d’activités professionnelles.

’’Cette décoration est décernée ce matin à un diplomate humaniste et audacieux qui a su forger le respect et la considération tout au long de sa riche et exceptionnelle carrière’’, a pour sa part déclaré le ministre l’Agriculture et de l’Equipement rural, Moussa Baldé, parlant ainsi au nom du gouvernement fortement représenté à la cérémonie.

’’Au-delà du Sénégal, Jacques Diouf était une grande figure de l’Afrique et du monde. Une personnalité lumineuse qui, par ses combats, a marqué plusieurs générations’’, a t-il souligné.

C’est à ce titre, que ’’pour lui rendre hommage, la FAO décerne tous les deux ans, le prix Jacques Diouf à des personnes ou à des institutions nationales et internationales qui ont apporté une contribution notable pour l’amélioration de la sécurité alimentaire dans le monde’’, a dit le ministre de l’Agriculture.

Selon lui, Jacques Diouf fut ’’un brillant intellectuel’’ qui n’avait qu’une seule ambition, servir l’intérêt général, et au-delà du Sénégal et de l’Afrique, l’intérêt général de toute l’humanité en ayant très tôt à l’âge de vingt-sept ans, entrepris une carrière internationale pour y rester jusqu’à son dernier souffle’’.

’’Jacques Diouf était un militant de la construction d’un monde plus juste qui ne reculait pas devant les contraintes. Mais au contraire, il s’érigeait en inventeur de solutions au profit de l’humanité pour éradiquer la faim dans le monde et lutter contre l’injustice sous toutes ses formes’’, a-t-il souligné.

Présente à cette cérémonie, la ministre malienne des Infrastructures et de l’Equipement, Seynabou Diop, a déclaré qu’avec le décès de Jacques Diouf, son pays ’’pleure un ami, un frère et un fils’’.La Directrice générale adjointe de la FAO, Héléna Sémédo, a elle salué ’’un infatigable combattant contre la pauvreté et la faim’’, soulignant que Jacques Diouf ’’a guidé (la FAO) dans un contexte où la pauvreté était une question majeure et a pu malgré tout, hisser cette institution internationale à son plus haut niveau’’.

’’Il a même donné de sa personne en effectuant une grève de la faim pour alerter l’opinion internationale sur la situation humanitaire alarmiste qu’il y avait à l’époque’’, a-t-elle rappelé à titre d’exemple.

Selon l’ambassadeur Seydina Oumar Sy, un ami d’enfance, Jacques Diouf, ’’était un homme discret, attachant et déterminé qui savait se fixer des objectifs et se donner les moyens pour les atteindre’’.’’C’est pénible pour moi que de parler ainsi d’un ami d’enfance. On est entré à l’école le même jour, on a eu l’entrée en sixième le même jour et aujourd’hui nous le confions à Dieu. Qu’Allah soit remercié pour sa vie et tout ce qu’il a eu et accompli comme bien sur terre’’, a-t-il conclu.

>L’ancien Directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Jacques Diouf, est décédé samedi à Paris, des suites d’une maladie, à l’âge de 81 ans.