NETTALI.COM – Après avoir fait expulser 69 familles de Terme-Sud, la semaine dernière, la Comico a elle aussi été dépossédée des terres par le président de la République.

Tout comme le collectif des habitants qui ont été déguerpis, la Coopérative militaire de construction (Comico) ne bénéficiera pas des terres de Terme-Sud. Les deux hectares de la discorde, propriété de la coopérative, d’où des militaires à la retraite ont été expulsés, la semaine dernière, ont été réaffectés aux Armées sénégalaises par le président de la République Macky Sall. Le ministre des Forces armées l’a fait savoir hier, en marge de la cérémonie d’ouverture de la 3e session des cours d’Etat-major 2020-2021, au camp militaire Général Mountaga Diallo de Bel-Air.

Ainsi, affirme Me Sidiki Kaba, “les quinze hectares qui sont à Terme-Sud vont entièrement revenir à l’armée. La Comico, qui se trouve sur deux hectares, doit céder la place pour que l’armée puisse utiliser cet espace et ainsi loger, près de leur lieu de travail, les soldats mariés. Officiers comme soldats du rang vont bénéficier de ce logement afin de servir dans les meilleures conditions de travail. Cela a été une mesure importante qu’il faudrait souligner, et cela coupe court à tout le débat où il était suggéré, où il était dit qu’il y avait une volonté de faire main basse sur cette partie de Terme-Sud, afin que les gradés et d’autres pontes du régime puissent y loger. Cela n’est plus possible’’.

Le terrain avait été acquis par la Comico auprès de l’Etat. Ce qu’a confirmé le ministre des Forces armées, lorsqu’il a souhaité apporter quelques précisions sur une procédure qui a duré 12 ans. “Sur le cadre juridique, pour que nul n’en ignore, il faut se rappeler que la terre dont il s’agit à la cité Terme-Sud, appartient bien à la cité Comico. Ceux qui ont eu à le contester ont recouru à la justice. Toutes les procédures ont été menées. Devant le juge du fond, ils n’ont pas eu gain de cause. Devant le juge d’appel, ils ont perdu. Et devant la Cour suprême, leur recourt a été rejeté. Cela signifie que le droit est du côté de la Comico des armées’’, retrace-t-il.

Pour Sidiki Kaba, la suite a été logique face à des familles qui n’ont pas exécuté la décision de justice. Car, estime-t-il, “lorsque vous disposez d’une décision de justice au Sénégal et que vous avez des difficultés pour pouvoir l’exécuter, vous devez la remettre à un huissier ; ce qui a été fait. Et l’huissier, lorsqu’il rencontre des difficultés, ce que prévoit la loi, c’est demander les forces de l’ordre pour pouvoir l’aider à exécuter une décision de justice, surtout si elle a l’autorité de la chose jugée. C’est ce qui s’est fait’’.

“C’est la force du droit qui s’est imposée’’

Dans le cadre de ce dossier, juge le ministre, quoi qu’on en dise, l’armée sénégalaise a eu une posture républicaine, respectueuse du droit et de la loi. “Elle ne s’est pas faite justice pour elle-même et par elle-même. Justice lui a été rendue par des tribunaux et des juridictions compétents du Sénégal. Cela montre, encore une fois, que c’est le droit de la force que l’on a voulu mettre en avant qui n’a pas été utilisé. C’est la force du droit qui s’est imposée’’, et le président de la République a félicité le général de corps aérien Birame Diop pour cette posture républicaine et légale, assure Sidiki Kaba.

Après avoir accueilli, vendredi dernier, les familles déguerpies au centre socioculturel de Sacré-Cœur 1, le maire de Mermoz – Sacré-Cœur, Barthélémy Dias, avait invité le chef d’Etat-major des armées, le général Birame Diop, à faire preuve de solidarité, d’écoute et de générosité face à des familles n’ont plus de toit et constituées, pour beaucoup, de ses frères d’armes et de leurs proches. Ceci, en estimant que l’armée dispose de casernes, de cantonnements et de moyens pour aider ces familles, dans un premier temps, à pouvoir se loger. Mais pas sûr que ces suggestions aient eu les échos escomptés. Maitre Sidiki Kaba a plutôt appelé à plus de respect et de considération pour la “Grande muette’’, en rapportant avoir “entendu des attaques offensantes contre l’armée sénégalaise et le chef d’’Etat-major des armées’’.

A Terme-Sud, où le ministre informe que 10 familles de militaires encore en activité vivent toujours, le président Macky Sall a aussi jugé utile d’accompagner “ceux qui ont été déguerpis dans les règles de l’art pour qu’ils puissent avoir un toit ailleurs. Il a dégagé la somme de 800 millions de francs CFA pour accompagner cela’’.

Avec Enquête