NETTALI.COM – Les derniers changements opérés par Me Wade continuent de faire des frustrés. Après Me El Hadj Amadou Sall et Babacar Gaye, c’est au tour du patron des cadres libéraux d’étaler sa colère. Cheikh Seck, qui promet de réagir après la Tabaski, reproche au pape du Sopi d’avoir promu des hommes qu’il accuse de connexions suspectes avec Macky Sall.

« Le SGN a décidé. Ma conception du fonctionnement du PDS ne change pas d’un iota: le Président Abdoulaye Wade est statutairement le patron du parti. Après sa décision, on se soumet ou on se démet. Je ne suis pas d’accord sur cette manière de réorganiser le parti. Je m’attends à une profonde réforme structurelle du parti réclamée par tous et à un choix judicieux des hommes qui doivent conduire les destinées du nouveau PDS », déclare Dr Cheikh sur son profil Facebook.

Citant François Mitterrand qui disait : ”On ne peut pas changer de politique sans changer d’hommes”, il affirme : « Ce maquillage, oui maquillage malheureusement (il a été formé au PDS) qui n’est ni fictionnel, ni politiquement objectif, ne répond pas à mes convictions politiques et libérales . On ne peut pas satisfaire tout le monde ou se satisfaire de tout le monde. Ce n’est pas ma conception de la politique. Je conçois la politique comme un engagement partisan qui implique la discipline, la loyauté à un groupe, la fidélité et j’en passe ».
« Oumar Sarr a été sanctionné parce qu’il a répondu, contre l’avis du parti, au dialogue national. Ce Secrétariat National est truffé de personnes ayant soutenu, à coups de millions, la candidature du Président Macky Sall à la dernière élection présidentielle, contre l’avis du parti. Pourquoi sanctionne t’on certains tout en faisant la promotion d’autres pour le même motif ? Je me suis engagé au PDS très jeune pour lutter contre l’injustice, l’impunité et le favoritisme. Je crois au mérite, seul gage de bien être individuel et collectif. Je ne dévierai jamais de cette voie quoi qu’il m’en coûte! », mentionne-t-il.

« C’est pourquoi, parmi tant d’autres raisons, je rejette la décision administrative du SGN, le Président ABDOULAYE WADE par conviction et pour la sauvegarde de mes principes. J’en assume, seul, l’entière responsabilité et j’aviserai de la suite à donner à mon avenir politique après la fête de Tabaski. », prend-il date.