NETTALI.COM – L’Union des Magistrats du Sénégal (Ums) tient ce week-end son Assemblée générale. Après un mandat de deux ans à la tête de l’Ums, Souleymane Téliko met son poste en compétition, même s’il est candidat à sa propre succession. En face de lui, le juge Mamadou Ndoye, conseiller à la Cour d’Appel de Dakar qui serait «parrainé» par sa hiérarchie.

Élu le 19 août 2017 au premier tour pour un mandat de deux ans renouvelables, Souleymane Téliko est en fin de mandat. C’est ainsi que l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) est en conclave ce week-end pour procéder à son remplacement ou pour lui donner un autre mandat de deux ans.

Déjà, celui qui officie comme président de la chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Thiès, a un bilan appréciable. Il a organisé 16 activités scientifiques et une cérémonie de participation à des travaux de réflexion et d’élaboration de projets de textes. Il a contribué à la création d’une Police d’assurance maladie qui soulage les magistrats et leurs familles, ainsi qu’un mailing groupe dynamique.

Aussi, il a permis la mise à disposition d’un matériel informatique d’une valeur de 40 millions de FCfa à 49 juridictions, dont 5 Cours d’Appel, 37 Tribunaux d’instance et 7 Tribunaux de grande instance.

Seulement, Souleymane Téliko n’est pas en odeur de sainteté avec sa hiérarchie. L’exécutif le juge très indépendant et très prompt à le désavouer. Son dernier bras de fer avec le pouvoir, n’a d’ailleurs pas encore connu son épilogue. Il s’agit de l’affaire des faux médicaments de Touba Bélel.

Pour rappel, c’est le juge Souleymane Teliko, par ailleurs président de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums), qui avait, lors du procès en appel le 22 juillet dernier, écarté la grâce présidentielle accordée le 3 avril 2019 par le chef de l’État, Macky Sall, au ressortissant guinéen, Mamadou Woury Diallo. Ce dernier avait été condamné à 5 ans dans le cadre de cette affaire. Téliko ne s’est pas limité à cela. Il a lancé un mandat d’arrêt contre la personne graciée par Macky Sall.

Une décision qui a d’ailleurs poussé le parquet général à se pouvoir en cassation pour annuler la décision de Souleymane Téliko.