NETTALI.COM – C’est une cour assidue qu’Ousmane Sonko fait à Abdoulaye Wade et au Parti démocratique sénégalais (Pds) depuis quelque temps. Le jeudi 25 juillet dernier, le jeune leader de Pastef est allé à la rencontre du pape du sopi pour la deuxième fois cette année.  Et beaucoup d’observateurs agitent déjà l’idée d’une alliance entre les deux hommes. Sauf que cette jonction ne fait qu’étaler au grand jour les contractions de l’ancien inspecteur des Impôts.

 

Jeune leader charismatique, Ousmane Sonko a toujours séduit grâce à son discours antisystème. Adulé par une jeunesse qui a soif de changement, le leader de Pastef/Les Patriotes a toujours refusé d’entrer dans une certaine façon de faire la politique au Sénégal. Dans une vidéo parue en octobre 2018 mais qui date de quelques mois auparavant, il déclarait : «Nos politiciens sont des criminels. Ceux qui ont dirigé le Sénégal, depuis le début, mériteraient d’être fusillés. Les fusiller ne serait pas un péché. Vous m’excuserez. Le niveau de souffrance des populations, alors qu’on a un énorme potentiel et de réelles capacités dans ce pays, est inadmissible.» Un discours lourd de sens, mais qui ne fait que confirmer l’option politique d’Ousmane Sonko.

Pourtant, c’est le même Sonko qui, en pleine présidentielle de 2019, écourte sa campagne pour être reçu à Dakar par Me Abdoulaye Wade. Or, ce dernier a incarné le système décrié par le leader de Pastef pendant au moins douze ans. Et comme si cette contradiction ne suffisait pas. L’ancien inspecteur des Impôts est reçu en audience par Wade-père le jeudi 25 juillet dernier. «Ousmane Sonko dit être venu rencontrer le président Abdoulaye Wade, un grand père pour lui afin de recueillir ses conseils avisés et échanger avec lui sur la situation nationale, mais aussi sur différentes autres thématiques d’ordre intellectuel. Il dit avoir trouvé un homme très généreux qui a capitalisé beaucoup d’expériences dans divers domaines. Ses relations avec Me Wade vont au-delà de la politique. Elles sont empreintes d’affection mutuelle, de respect, d’admiration et de confiance. Me Abdoulaye Wade demeure pour le leader de Pastef, le meilleur président que le Sénégal ait connu car, selon lui, a su à chaque fois dire non à l’impérialisme», rapporte un compte-rendu d’audience fait par la cellule de communication du Parti démocratique sénégalais (Pds). Dans ses échanges avec le pape du sopi, Sonko a même dénoncé «la gestion familiale du pétrole et celle des autres ressources naturelles par l’actuel président». Etonnant de la part du chantre de l’antisystème.

Mieux en juillet 2016, Ousmane Sonko révélait avoir refusé un appel du fils de Me Abdoulaye Wade. Il racontait : «Nous avons effectivement été contactés par M. Karim Wade pour peut-être poser les jalons d’une reconstitution politique autour de sa personne. Des coups de fil venant de lui que nous n’avons pas jugé nécessaire de prendre.» Expliquant pourquoi il a refusé à Karim ce qu’il semble aujourd’hui accepter pour Wade, le patron de Pastef ajoutait : «Notre option politique, c’est qu’on a un problème systémique extrêmement profond et que lui-même (Karim Wade, ndlr) est un produit et désormais un leader dans ce système. Et je ne vois que de quelle légitimité il peut se prévaloir pour incarner un leadership dans l’opposition.» Oubliant ainsi que Wade, lui-même, est un pur produit du système. Mieux, il a eu à l’incarner pendant au moins douze ans. Deux mandats marqués par de nombreux scandales financiers dont celui qu’il reproche à Wade-fils.