NETTALI.COM- Le journaliste Marcel Mendy devra s’expliquer sur les passages de son livre sur Hissein Habré jugés diffamatoires et injurieux par celui-ci. Le tribunal a rejeté les exceptions de nullité soulevées par ses avocats et a renvoyé les plaidoiries au 27 août prochain.

Afin de faire annuler la procédure initiée contre leur client par l’ex-Président tchadien, les avocats de Marcel Mendy avaient soulevé des exceptions de nullité.

 Lors de l’audience du 9 juillet dernier, les conseils du journaliste ont évoqué la prescription arguant que la citation n’a pas été établie dans le délai légal de six mois après la constatation des faits. Ensuite, Habré est déchu de ses droits civiques à cause de la condamnation. Il s’y ajoute que leur client, Marcel Mendy, bénéficie de l’immunité du fait qu’il était le coordonnateur de la cellule de communication des Chambres africaines extraordinaires (Cae).

Mais dans son délibéré rendu ce mardi 23 juillet, la troisième chambre correctionnelle du TGI de Dakar a jugé les exceptions « mal fondées » et les a rejetées.

 Par conséquent, le tribunal a ordonné la poursuite des débats le 27 août prochain. Mais, les avocats du journaliste exigent la comparution de Hissein Habré, incarcéré à la prison du Cap Manuel pour crimes de guerre, crimes de torture et autres. Ils sont même prêts à le faire à leurs frais.

La defense veut également citer Me Boucounta Diallo et le juge Demba Kandji ainsi que toutes les personnes susceptibles d’éclairer le tribunal.

L’ex-homme fort de N’Djaména estime avoir été diffamé et injurié publiquement à travers l’ouvrage de Marcel Mendy intitulé  « Affaire Habré : Entre ombres, silences et non-dits ».

Pour laver son honneur, Habré, qui purge la perpétuité à la prison du Cap Manuel, réclame 200 millions à Marcel Mendy et à l’éditeur Lamine Guèye.